La vitamine D et la peau

 

La vitamine D et la peau

La vitamine D est produite dans la peau, elle protège simultanément celle-ci contre les maladies de peau telles que l’acné, la neurodermatose, le psoriasis et le vitiligo.

Contenu

  • Comment l’organisme produit-il de la vitamine D dans la peau ?
  • Quel rôle joue la vitamine D pour la santé cutanée ?
  • Pourquoi la vitamine D est efficace en présence de maladies de peau telles que la neurodermatose et le psoriasis ?
  • Le soleil est-il dangereux ? Qu’en est-il de la vitamine D et du cancer de la peau ?

La vitamine D et la peau : une relation de dépendance mutuelle

Contrairement à la plupart des autres vitamines, l’organisme ne peut en aucun cas compter sur un apport en vitamine D par le biais de l’alimentation, mais il peut produire lui-même cette vitamine dans la peau. Une quantité de soleil suffisante constitue le seul élément nécessaire à notre peau pour produire de la vitamine D.

Les rayons UV-B contenu dans le rayonnement solaire permettent la production de vitamine D dans la peau grâce à un processus chimique spécial. Celle-ci est ensuite transportée dans l’ensemble de l’organisme par les voies sanguines.

Ainsi, la peau joue un rôle prépondérant pour notre apport en vitamine D. À l’inverse, la vitamine D est également essentielle pour la santé et la protection cutanée, elle se montre d’ailleurs d’une efficacité redoutable contre tout un éventail de maladies de peau.

Cet article vise à fournir un aperçu concernant cette relation d’interdépendance existant entre la vitamine D et la santé de la peau.

L’action de la vitamine D sur la peau

La vitamine D agit dans l’organisme comme une hormone régulatrice, elle remplit tout un panel de fonctions fondamentales. La peau est également soumise à un apport constant en vitamine D, puisque celle-ci régule simultanément de nombreux processus essentiels. (1)

Vitamine D

  • joue un rôle prépondérant dans le renouvellement de la peau
  • est essentielle pour la cicatrisation
  • prévient les inflammations
  • soutient la fonction immunitaire de la peau
  • protège la peau contre les radicaux libres
  • est efficace contre de nombreuses maladies de peau
  • prévient le cancer de la peau

Dans les paragraphes suivants, nous allons examiner point par point les mécanismes d’action de la vitamine D, mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que :

La vitamine D est fondamentale pour la préservation de la santé, la régénération et la fonction de la peau, elle aide également à conserver une peau ferme, jeune et élastique.

La synthèse de vitamine D dans la peau

La première relation d’interaction connue entre la vitamine D et la peau est la synthèse corporelle de vitamine D par le biais du soleil, se déroulant sur les couches supérieures de l’épiderme. La santé cutanée est ainsi essentielle pour une production de vitamine D suffisante.

Le rayonnement UV-B contenu dans la lumière transforme une forme de cholestérol en vitamine D3, celle-ci est ensuite elle-même convertie dans le foie et les reins en forme hormonale active : le calcitriol.

Vitamin-D-Synthese-1

La quantité de vitamine D produite dépend de tout un ensemble de facteurs. Tout d’abord, la peau elle-même influence considérablement les circonstances de production de la vitamine D.

  • Plus le type de peau est clair, plus la quantité de vitamine D produite est importante et plus la quantité de soleil nécessaire est faible. Dans le même temps, les types de peau clairs sont également plus vulnérables aux effets négatifs de liés à l’intensité des rayons solaires.
  • Plus la peau est âgée et/ou malade, plus la capacité de production de vitamine D est mauvaise. La faculté de production de vitamine D diminue de pratiquement 75% avec l’âge, c’est pourquoi les personnes âgées ont besoin de compléments de vitamine D, également en été. (2)
  • Les protections solaires et les vêtements longs entravent la production de vitamine D.

Parallèlement, de nombreux autres facteurs extérieurs, liés à l’environnement, influencent la synthèse de vitamine D dans la peau. La production de vitamine D dépend notamment de :

  • l’intensité solaire (indice UV)
  • la nébulosité
  • l’angle d’incidence (dépend du degré de latitude)

En principe, dans notre degré de parallèle, la production de vitamine D en quantités suffisantes est uniquement possible en été, et seulement entre 10 et 16h.

Plus d’informations dans notre article détaillé sur le sujet

La vitamine D pour une peau saine

Tandis qu’une peau saine est essentielle à la production de vitamine D, à l’inverse, la vitamine D est également essentielle pour avoir une peau saine. Ainsi, la vitamine D joue un rôle prépondérant dans au cours des processus de division et de différenciation cellulaires. Cette fonction est d’une importance cruciale pour la peau, puisque chaque minute, environ 40.000 cellules cutanées doivent être renouvelées, un processus directement dépendant de la vitamine D.

Les cellules spéciales situées dans les couches supérieures de l’épiderme sont responsables du renouvellement cutané, elles sont connues sous le nom de kératinocytes. Le réapprovisionnement constant en nouvelles cellules constitue un processus dépendant de la vitamine D, puisqu’elle contrôle les substances messagères pour cela nécessaires. (3)

Sans un apport suffisant en vitamine D, la peau s’affine et sèche, des rides se forment, et elle finit par perdre progressivement sa fonction de barrière essentielle contre les corps étrangers et les germes.

La fonction de régulation des kératinocytes exercée par la vitamine D est d’une importance telle que la vitamine D3 peut même se transformer en hormone active de la vitamine D de manière parfaitement autonome, un processus qui sinon, se déroule dans le foie et les reins.

La peau a besoin de vitamine D afin de se renouveler en vue de rester fraîche, souple et hydratée, ce qui est essentiel pour une apparence saine et une fonction cutanée normale. (4)

La peau : une barrière de défense essentielle

La peau est notre organe le plus développé, elle constitue simultanément notre barrière de protection la plus importante contre les corps étrangers et les agents pathogènes. Elle est perpétuellement exposée aux virus et aux bactéries, elle est en première ligne parmi les défenses corporelles. La vitamine D est primordiale afin de maintenir cette fonction de barrière en état de marche.

En tant que barrière, la vitamine D remplit plusieurs fonctions, elle

  • elle régule la formation d’éléments essentiels au fonctionnement optimal de la barrière cutanée (5)
  • elle aide la peau à repousser les bactéries grâce à des anticorps corporels (6)
  • elle maintient la microflore de la peau en bonne santé
  • elle protège les plaies contre les infections et les inflammations
  • elle favorise la cicatrisation de la peau (7)

Dans ce contexte, l’un des mécanismes les plus importants s’avère être la régulation des anticorps corporels appartenant à notre système immunitaire congénital, particulièrement la cathélicidine. Cet anticorps contribue à repousser les bactéries présentent aussi bien sur la peau que sur les plaies ouvertes, elle empêche ainsi les infections. En outre, la vitamine D réduit les réactions de défense inflammatoires et de cette manière, elle favorise également une cicatrisation rapide. (8 – 10)

La vitamine D protège la peau

La vitamine D ne protège pas seulement la peau grâce à son incroyable action anti-bactérienne, elle nous protège également des radiations nocives dues à une exposition excessive au soleil, ainsi que de l’influence des radicaux libres.

Un rayonnement solaire trop intense ainsi qu’une quantité de radicaux libres trop importante peuvent provoquer une vieillissement de la peau prématuré et une nécrose des cellules cutanées. Dans le pire des cas, cela peut entraîner des anomalies génétiques à partir des quelles le cancer de la peau peut se développer.

Tandis que qu’un rayonnement solaire direct est nécessaire pour la production de vitamine D, parallèlement, celle-ci protège contre les effets négatifs liés aux rayons UV nocifs. (11- 15) Il est aujourd’hui présumé que la production locale de vitamine D active dans la peau et le bronzage de la peau représentent les principaux mécanismes évolutifs chargés de la protection contre le rayonnement solaire nocif et ainsi contre le cancer de la peau. (16)

Outre la protection contre les rayons UV, la vitamine D contribue également à la protection contre les radicaux libres, lesquels peuvent endommager les cellules et le patrimoine génétique. (17)

C’est pourquoi il semble globalement aujourd’hui qu’une utilisation excessive de protections solaires ôte simultanément à l’organisme ses propres moyens de protection essentiels, et déclenche également toutes les autres conséquences liées à une carence en vitamine D. Un équilibre entre une production suffisante de vitamine D et la protection cutanée est largement plus sain pour la peau et l’organisme dans son intégralité.

Vitamine D et maladies de la peau

Suite aux propriétés de la vitamine D précédemment énoncées, celle-ci est actuellement utilisée avec succès pour le traitement de certaines maladies de peau, parmi lesquelles notamment :

  • Psoriasis
  • Neurodermatose (dermatite atopique)
  • Acné
  • Vitiligo (maladie de la tâche blanche)
  • Lupus érythémateux disséminé

Particulièrement en présence des maladies de peau inflammatoires neurodermatose et psoriasis, la vitamine D a montré ses preuves, puisque l’origine de ces maladies réside dans un dysfonctionnement du système immunitaire.

La peau se défend continuellement contre les virus, les champignons et les bactéries, ce qui active principalement le système immunitaire congénital. Les peptides anti-microbiens produits dans la peau participent à ce processus. D’une part, ils luttent directement contre les virus et les bactéries, et d’autre part, ils régulent les réactions de défense inflammatoires de la peau, conjointement avec divers neurotransmetteurs tels que les cytokines.

Chez les patients présentant des maladies de peau inflammatoires, l’équilibre naturel de ces peptides et neurotransmetteurs est troublé et des réactions immunitaires excessives se développent, lesquelles sont dirigées contre les propres tissus de l’organisme.

En tant qu’hormone, la vitamine D régule précisément ces réactions immunitaires et peut, tel qu’il est actuellement supposé, rétablir l’équilibre des anticorps. Ce processus explique en grande partie le succès rencontré par le traitement UV pour soigner ces maladies de peau, un tel traitement a été appliqué des années durant, sans que le mécanisme d’action ne soit exactement connu.

Vitamine D et psoriasis

La vitamine D dans le traitement du psoriasis a fait l’objet d’un nombre incalculable de recherches et d’essais. Le psoriasis est une maladie de peau inflammatoire chronique, déclenchée par une réaction auto-immune. L’organisme attaque par erreur ses propres cellules cutanées, et plus précisément les kératinocytes déjà mentionnées auparavant.

Cela entraîne une formation de peau excessive ainsi qu’un épaississement précipité de la peau, l’intégralité du cycle des cellules cutanées est raccourcie de quatre semaines à 4 jours environ. Il en résulte l’apparition d’infections cutanée plus ou moins importantes avec des plaques rouges inflammées et des squames argentés qui tiraillent et démangent de manière particulièrement désagréable.

La vitamine D possède des propriétés anti-inflammatoires considérables, grâce à sa fonction hormonale, elle peut contrer les réactions immunitaires circonvenues et ainsi endiguer le psoriasis. (18)

La vitamine D en cas de psoriasis : sous forme orale ou en crème ?

Actuellement, la vitamine D est principalement appliquée sous forme de crème en cas de psoriasis, mais divers types de luminothérapie ainsi que la lumière du soleil contribuent également à une atténuation des symptômes du psoriasis par le biais de la production de vitamine D.

Des analogues de la vitamine D artificiellement fabriqués sont en partie utilisés pour remplacer la véritable vitamine D, ceux-ci ne produisent aucun effet quant aux réserves de calcium, c’est pourquoi ils sont plus fortement dosés. Leur pertinence est controversée, puisque les effets secondaires peuvent apparaître de manière extrêmement rare. (19) En outre, la forme hormonale active est également directement administrée en tant que principe actif. (20, 21)

Toutefois, dans certaines études, la vitamine D orale s’est montrée d’une efficacité redoutable face au psoriasis, elle constitue même vraisemblablement la meilleure option actuelle de traitement. Dans ce contexte, il a également été démontré que les patients atteints de psoriasis souffraient fréquemment d’une carence en vitamine D, et que la gravité des symptômes augmentait avec la gravité de la carence. (22, 23)

La lumière du soleil et des lampes UV spéciales peuvent également générer une amélioration du psoriasis par le biais de l’augmentation du taux de vitamine D. (57)

Malgré son excellente efficacité contre le psoriasis, la vitamine D orale est une option de traitement actuellement presque tombée, à tort, dans l’oubli, tel que le rappelle une étude réalisée en 2011. (24)

„La vitamine D comme traitement topique est devenue l’un des piliers majeurs du traitement contre le psoriasis vulgaris. D’un autre côté, la vitamine D orale est une option majoritairement oubliée. […] Toutefois, la mise en commun de la littérature relative à la vitamine D en tant que traitement contre le psoriasis fait état de l’efficacité remarquable de ce traitement. La vitamine D orale est abordable en termes de prix et facilement disponible. Elle reste une option adaptée au traitement du psoriasis, qui ne doit pas être mise de côté.“

Cette étude laisse supposer que les patients atteints de psoriasis qu’un taux optimal de vitamine D est particulièrement bénéfique pour les patients, réduisant ainsi sensiblement l’utilisation de médicaments invasifs tels que la cortisone.

Vitamine D et neurodermatose

En cas de neurodermatose, la vitamine D a également fait ses preuves et une étude réalisée en 2012 est parvenue à la conclusion que : „La vitamine D orale a entraîne une amélioration drastique dans le progression de la maladie neurodermatose.“ (25) De nombreuses études sont parvenues à des conclusions identiques, tel qu’un rapport datant de 2013 l’a par exemple indiqué. (26)

Malheureusement, la cause de la maladie neurodermatose reste à ce jour toujours incertaine. Comme pour le psoriasis, il semble qu’un dysfonctionnement de la barrière cutanée et un trouble des kératinocytes entraînent une réaction immunitaire, au cours de laquelle la distribution de neurotransmetteurs (cytokines) favorisant les inflammations est excessive.

La vitamine D contribue également à la régulation des cytokines et des peptides anti-microbiens qui endiguent les réactions inflammatoires et atténuent ainsi les symptômes. (27, 28)

À l’instar du psoriasis, il a également été prouvé que, dans le cas de la neurodermatose, plus la carence en vitamine D présente chez quasiment tous les patients souffrant de neurodermatose est sévère, plus la disparition des symptômes va être difficile. (29, 30) Une étude a démontré qu’un complément de vitamine D pouvait réduire significativement l’apparition des poussées de neurodermatose hivernale. (31)

La vitamine D en cas d’acné et de peau grasse

L’acné est la maladie de peau la plus largement répandue dans le monde, elle concerne des milliards de personnes. Lorsque l’on fait référence à l’acné, il s’agit d’un trouble des glandes sébacées responsables de préserver l’humidité de la peau. Une obstruction de ces glandes et une invasion de bactéries déclenchent les symptômes connus de l’acné.

Au regard de l’importance primordiale de la maladie, la situation concernant la vitamine D et l’acné est particulièrement étrange. En 1933 déjà, les premières études relatives au traitement de l’acné avec la vitamine D ont été réalisées avec des résultats phénoménaux. (32) Chez 90% des sujets, le grain de peau a pu être amélioré de 80%. Une étude similaire effectuée environ 5 ans plus tard a apporté des conclusions identiques de manière tout aussi euphorique. (33)

Étonnamment, plus aucune étude n’a depuis été publiée sur le sujet. Parallèlement, une recherche internet effectuée dans la langue anglaise, aboutit sur des milliers de témoignages de réussite euphoriques, mais également sur divers blogs entièrement dévoués à ce sujet et rassemblant une multitude d’exemples de réussite.

Toutefois, les raisons d’admettre que la vitamine D pourrait aider en cas d’acné ne résultent pas uniquement de ces témoignages de réussite.

  • Hormone : l’acné apparaît fréquemment lors de dérèglements hormonaux. La vitamine D agit en tant qu’hormone stéroïde et régule de nombreuses autres hormones.
  • Inflammations : l’acné est une inflammation de la peau. Tel que décrit ci-dessus, la vitamine D réduit les inflammations.
  • Système immunitaire : l’acné apparaît par le biais de certaines bactéries. la vitamine D est essentielle pour la lutte contre ces bactéries dans la peau. (34, 35)
  • Glandes sébacées : la vitamine D régule les glandes sébacées, qui jouent un rôle prépondérant dans le développement de l’acné. (36, 37)

Même si les recherches sont actuellement faibles, les expériences pratiques  et les nombreux indices parlent en faveur d’une efficacité considérable de la vitamine D en cas d’acné.

Vitamine D et vitiligo

Le vitiligo constitue une autre maladie (également connue sous le nom de maladie des tâches blanches) contre laquelle la vitamine D a affiché des résultats impressionnants. Il s’agit ici, comme son nom l’indique, d’un trouble de la pigmentation provoquant l’apparition de tâches blanches sur la peau.

Les causes exactes ne sont pas connues à ce jour, mais l’on suppose toutefois une destruction auto-immune des mélanocytes, qui sont responsables de la pigmentation de la peau.

La vitamine D préserve la mélanine dans la peau et régule l’activation, la formation et la répartition des mélanocytes. (38, 39) De plus, l’action de la vitamine D en tant qu’antioxydant semble avoir une importance particulière en cas de vitiligo, puisqu’en présence de cette maladie, les radicaux libres d’oxygène sont produits dans la peau de manière excessive.

Une carence en vitamine D pourrait être le déclencheur de la maladie vitiligo, bien qu’il ne règne aucun consensus scientifique sur le sujet. Il a toutefois pu être démontré que le vitiligo s’accompagne d’un faible taux de vitamine D. (40) Si et comment cette carence provoque l’apparition de la maladie, sont des données encore inconnues à ce jour.

La vitamine D et les analogues de la vitamine D sont utilisés avec succès pour le traitement de la maladie vitiligo, majoritairement sous forme de crème, comme pour le traitement des autres maladies de peau. (41) Dans quelle mesure la vitamine D orale peut empêcher et soigner la maladie est une question pas encore complètement élucidée à ce jour.

Vitamine D et lupus érythémateux disséminé

Le lupus érythémateux disséminé est également une maladie auto-immune apparaissant entre autres suite à une carence en vitamine D. Il a été amplement prouvé que les troubles majeurs liés au métabolisme de la vitamine D peuvent déclencher la maladie. (48-51) La fonction des récepteurs de vitamine D est entravée par le dit polymorphisme.

Le lupus érythémateux disséminé peut être extrêmement bien soigné par la vitamine D, tel que l’ont indiqué certaines études. (52-56). Des doses suffisantes peuvent, dans certains cas, permettre une suppression totale des symptômes.

Le traitement de la maladie est primordial, puisque le lupus cutané s’étend à d’autres organes et peut se transformer en maladie systémique sévère.

Vitamine D cancer de la peau : ami ou ennemi ?

La relation existant entre la vitamine D et le cancer de la peau est particulièrement délicate. En effet, les dommages cellulaires résultant des rayons UV sont actuellement considérés comme cause principale du cancer de la peau. L’étendue exacte du rayonnement UV responsable de l’apparition du cancer de la peau est également responsable de la production de vitamine D.

C’est pourquoi il est recommandé d’éviter le contact direct avec le soleil durant les heures de midi et d’utiliser constamment une protection solaire. De telles mesures de protection ont engendré simultanément une réduction drastique de la production de vitamine D, cause directe d’une carence en vitamine D.

Parallèlement, la viabilité de la théorie UV dans sa version actuelle fait encore et toujours l’objet de controverses, puisque de plus en plus d’études affirmant précisément le contraire voient le jour, des études indiquant notamment que plus la quantité de soleil absorbé est importante, plus l’apparition de cancers de la peau se raréfie. (42)

En revanche, la vitamine D réduit manifestement le risque de contracter un cancer de la peau, (43, 44) alors même que le mécanisme d’action n’est pas précisément connu à ce jour. Le mécanisme d’action de la vitamine D face au rayonnement UV expliqué ci-avant constitue certainement un élément central. (45, 46). La vitamine D rend généralement la peau moins sensible aux rayons UV et empêche l’endommagement des cellules et de l’ADN.

Grâce aux recherches de plus en plus conséquentes sur l’importance de la vitamine D pour la santé, ainsi que sur ses propriétés de lutte contre le cancer, il est désormais certain qu’éviter complètement le soleil, et appliquer des crèmes solaires sur une importante surface cutanée entraîne des risques considérables pour la santé.

C’est pourquoi certains chercheurs répandent actuellement l’idée que la prudence lors des expositions au soleil permet de protéger la peau contre un cancer, tandis que d’autres, comme autrefois, considèrent qu’il faut éviter le contact au soleil et avoir recours aux compléments de vitamine D. (47)

Résumé sur la vitamine D et la peau

La vitamine D et la peau entretiennent une étroite relation de corrélation. Tandis qu’une peau saine représente une condition permettant la production de vitamine D, la vitamine D présente parallèlement un potentiel considérable en termes de traitement et de préservation de la santé cutanée.

Un taux de vitamine D optimal ainsi qu’un comportement responsable face au soleil constituent des éléments essentiels à la santé dans sa globalité.

Sources

  1. Wedad Z. Mostafa, Rehab A. Hegazy, Vitamin D and the skin: Focus on a complex relationship: A review, Journal of Advanced Research, Volume 6, Issue 6, November 2015, Pages 793-804, ISSN 2090-1232
  2. Holick MF. Sunlight and vitamin D for bone health and prevention of autoimmune diseases, cancers, and cardiovascular disease. Am J Clin Nutr. 2004 Dec;80(6 Suppl):1678S-88S.
  3. Matsumoto KY, Azuma M, Kiyok M, Okumura H, Hashimoto K, Yoshikawa K. Involvement of endogenously produced 1,25-dihydroxyvitamin D-3 in the growth and differentiation of human keratinocytes. Biochim Biophys Acta.1991 May 17; 1092(3):311–8.
  4. Bikle DD. Vitamin D and the skin. J Bone Miner Metab. 2010 Mar;28(2):117-30
  5. vY. Oda, Y. Uchida, S. Moradian, D. Crumrine, P.M. Elias, D.D. BikleVitamin D receptor and coactivators SRC 2 and 3 regulate epidermis-specific sphingolipid production and permeability barrier formation.J Invest Dermatol, 129 (2009), pp. 1367–1378
  6. Jürgen Schauber, Richard L. Gallo, Antimicrobial peptides and the skin immune defense system, Journal of Allergy and Clinical Immunology, Volume 122, Issue 2, August 2008, Pages 261-266, ISSN 0091-6749
  7. viiBurkiewicz CJ, Guadagnin FA, Skare TL, do Nascimento MM, Servin SC, de Souza GD. Vitamin D and skin repair: a prospective, double-blind and placebo controlled study in the healing of leg ulcers. Rev Col Bras Cir. 2012 Sep-Oct;39(5):401-7.
  8. Schauber J, Dorschner RA, Coda AB, et al. Injury enhances TLR2 function and antimicrobial peptide expression through a vitamin D-dependent mechanism. J Clin Invest. 2007;117:803-11
  9. Zasloff M. Sunlight, vitamin D, and the innate immune defenses of the human skin. J Invest Dermatol. 2005;125:xvi-xvii.
  10. J.D. Heilborn, M.F. Nilsson, G. Kratz, G. Weber, O. Sørensen, N. Borregaard, et al.The cathelicidin anti-microbial peptide LL-37 is involved in re-epithelialization of human skin wounds and is lacking in chronic ulcer epitheliumJ Invest Dermatol, 120 (2003), pp. 379–389
  11. De Haes P, Garmyn M, Verstuyf A et al. Two 14-epi analogues of 1,25-dihydroxyvitamin D3 protect human keratinocytes against the effects of UVB. Arch Dermatol Res 2004: 12 : 527–534
  12. De Haes P, Garmyn M, Carmeliet G et al. Molecular pathways involved in the anti-apoptotic effect of 1,25-dihydroxyvitamin D3 in primary human keratinocytes. J Cell Biochem 2004: 93 : 951–967.
  13. De Haes P, Garmyn M, Degreef H, Vantieghem K, Bouillon R, Sega- ert S. 1,25-Dihydroxyvitamin D3 inhibits ultraviolet B-induced apop- tosis, Jun kinase activation, and interleukin-6 production in primary human keratinocytes. J Cell Biochem 2003: 89 : 663–673.
  14. Wong G, Gupta R, Dixon K M et al. 1,25-Dihydroxyvitamin D and three low-calcemic analogs decrease UV-induced DNA damage via the rapid response pathway. J Steroid Biochem Mol Biol 2004: 89–90 : 567–570.
  15. De Haes P, Garmyn M, Verstuyf A et al. 1,25-Dihydroxyvitamin D3 and analogues protect primary human keratinocytes against UVB- induced DNA damage. J Photochem Photobiol B 2005: 78 : 141–148
  16. Reichrath, Jörg. Vitamin D and the skin: an ancient friend, revisited. Experimental dermatology, 2007, 16. Jg., Nr. 7, S. 618-625
  17. Gordon-Thomson C, Gupta R, Tongkao-on W, Ryan A, Halliday GM, Mason RS. 1α,25 D3 enhances cellular defences against UV-induced oxidative andforms of DNA damage in skin. Photochem Photobiol Sci. 2012;11(12):1837-47.
  18. Mason AR, Mason J, Cork M, Dooley G, Edwards G. Topical treatments for chronic psoriasis. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Apr 15;(2):CD005028.
  19. Finamor et al. A pilot study assessing the effect of prolonged administration of high daily doses of vitamin D on the clinical course of vitiligo and psoriasis. Dermato-Endocrinology Volume 5, Issue 1, 2013
  20. Perez, A., Raab, R., Chen, T.C., Turner, A. and Hollick, M.F. (1996), Safety and efficacy of oral calcitriol (1, 25 -dihydroxyvitamin D3) for the treatment of psoriasis. British Journal of Dermatology,
  21. Smith, Ellen L., et al. A novel approach for the evaluation and treatment of psoriasis: oral or topical use of 1, 25-dihydroxyvitamin D3 can be a safe and effective therapy for psoriasis. Journal of the American Academy of Dermatology, 1988, 19. Jg., Nr. 3, S. 516-528
  22. Morimoto S, Yoshikawa K. Psoriasis and Vitamin D3: A Review of Our Experience. Arch Dermatol. 1989;125(2):231-234.
  23. Gisondi, P., Rossini, M., Di Cesare, A., Idolazzi, L., Farina, S., Beltrami, G., Peris, K. and Girolomoni, G. (2012), Vitamin D status in patients with chronic plaque psoriasis. British Journal of Dermatology, 166: 505–510
  24. Faranak Kamangar , John Koo , Misha Heller , Eric Lee , Tina. Oral vitamin D, still a viable treatment option for psoriasis. Journal of Dermatological Treatment 24, Iss. 4, 2013
  25. xxvAmestejani M, Salehi BS, Vasigh M, Sobhkhiz A, Karami M, Alinia H, Kamrava SK, Shamspour N, Ghalehbaghi B, Behzadi AH. Vitamin D supplementation in the treatment of atopic dermatitis: a clinical trial study. J Drugs Dermatol. 2012 Mar;11(3):327-30.
  26. Mutgi, K. and Koo, J. (2013), Update on the Role of Systemic Vitamin D in Atopic Dermatitis. Pediatric Dermatology, 30: 303–307.
  27. Samochocki Z, Bogaczewicz J, Jeziorkowska R, Sysa-Jędrzejowska A, Glińska O,E, McCauliffe DP, Woźniacka A. Vitamin D effects in atopic. J Am Acad Dermatol. 2013 Aug;69(2):238-44.
  28. Borzutzky A, Camargo CA Jr. Role of vitamin D in the pathogenesis and of atopic dermatitis. Expert Rev Clin Immunol. 2013 Aug;9(8):751-60.
  29. Peroni, D.G., Piacentini, G.L., Cametti, E., Chinellato, I. and Boner, A.L. (2011), Correlation between serum 25-hydroxyvitamin D levels and severity of atopic dermatitis in children. British Journal of Dermatology, 164: 1078–1082.
  30. Suktitipat, Bhoom. A Systematic Review and Meta-analysis of Association between Serum Vitamin D and Atopic Dermatitis. Siriraj Medical Journal, 2015, 67. Jg., Nr. 5
  31. Camargo, Carlos A. et al. Randomized trial of vitamin D supplementation for winter-related atopic dermatitis in children. Journal of Allergy and Clinical Immunology , Volume 134 , Issue 4 , 831 – 835.e1
  32. Doktorsky A, Platt SS. Vitamin d in the treatment of acne vulgaris. JAMA. 1933;101(4):275.
  33. Maynard MT-R. Vitamin D in Acne: A Comparison with X-Ray Treatment. California and Western Medicine. 1938;49(2):127-132.
  34. Lee D-Y, Yamasaki K, Rudsil J, et al. Sebocytes Express Functional Cathelicidin Antimicrobial Peptides and Can Act to Kill Propionibacterium Acnes. The Journal of investigative dermatology. 2008;128(7):1863-1866. doi:10.1038/sj.jid.5701235.
  35. G.W. Agak, M. Qin, J. Nobe, M.H. Kim, S.R. Krutzik, G.R. Tristan, et al. Propionibacterium acnes induces an IL-17 response in acne vulgaris that is regulated by vitamin A and vitamin D. J Invest Dermatol, 134 (2) (2014), pp. 366–373
  36. Reichrath J, Schuler Ch, Seifert M, Zouboulis Ch, Tilgen W. The vitamin D endocrine system of human sebocytes. Exp Dermatol 2006;15:643
  37. W.J. Lee, Y.H. Choi, M.Y. Sohn, S.J. Lee, W. Kim do Expression of inflammatory biomarkers from cultured sebocytes was influenced by treatment with vitamin D. Indian J Dermatol, 58 (2013), p. 327
  38. S. A. Birlea, G.-E. Costin and D. A. Norris. Cellular and Molecular Mechanisms Involved in the Action of Vitamin D Analogs Targeting Vitiligo Depigmentation.Current Drug Targets. 2008 volume 9, issue 4, pages 345-359
  39. AlGhamdi K, Kumar A, Moussa N. The role of vitamin D in melanogenesis with an emphasis on vitiligo. Indian J Dermatol Venereol Leprol 2013;79:750-8
  40. Upala S1,2, Sanguankeo A. Low 25-Hydroxyvitamin D Levels are Associated with Vitiligo: a Systematic Review and Meta-Analysis. Photodermatol Photoimmunol Photomed. 2016 Mar 23.
  41. Parsad, D. and Kanwar, A.J. (2009), Topical vitamin D3 analogues in the treatment of vitiligo. Pigment Cell & Melanoma Research, 22: 487–488.
  42. Kennedy C, Bajdik CD, Willemze R, De Gruijl FR, Bouwes Bavinck JN; Leiden SkinStudy. The influence of painful sunburns and lifetime sun exposure on the of actinic keratoses, seborrheic warts, melanocytic nevi, atypical nevi, andcancer. J Invest Dermatol. 2003 Jun;120(6):1087-93.
  43. Tang JY, Fu T, Lau C, Oh DH, Bikle DD, Asgari MM. Vitamin D in cutaneous carcinogenesis: Part II. J Am Acad Dermatol 2012; 67: 817.e1–11
  44. N. Nemazannikova, K. Antonas, C.R. Dass Role of vitamin D metabolism in cutaneous tumour formation and progression. J Pharm Pharmacol, 65 (2013), pp. 2–10
  45. Dixon KM, Tongkao-On W, Sequeira VB, et al. Vitamin D and Death by Sunshine. International Journal of Molecular Sciences. 2013;14(1):1964-1977. doi:10.3390/ijms14011964.
  46. Daniel D. Bikle Perspective Protective actions of vitamin D in UVB induced skin cancer. Photochem. Photobiol. Sci., 2012,11, 1808-1816
  47. Aaron Hughes, Jeremy Hoffman and Adiele Hoffman Vitamin D and sun exposure: to bare all or cover up?Editorial, Expert Review of Dermatology, December 2012, Vol. 7, No. 6, Pages 495-497 , DOI 10.1586/edm.12.60
  48. Lee, Y.H., Bae, S., Choi, S.J. et al. Associations between vitamin D receptor polymorphisms and susceptibility to rheumatoid arthritis and systemic lupus erythematosus: a meta-analysis. Mol Biol Rep (2011) 38: 3643.
  49. Monticielo OA, Brenol JC, Chies JA, Longo MG, Rucatti GG, Scalco R, Xavier RM. The role of BsmI and FokI vitamin D receptor gene polymorphisms and serum 25-hydroxyvitamin D in Brazilian patients with systemic lupus erythematosus. Lupus. 2012 Jan;21(1):43-52.
  50. Emerah, A.A. & El-Shal, A.S. Role of vitamin D receptor gene polymorphisms and serum 25-hydroxyvitamin D level in Egyptian female patients with systemic lupus erythematosus. Mol Biol Rep (2013) 40: 6151.
  51. Carvalho C, Marinho A, Leal B, Bettencourt A, Boleixa D, Almeida I, Farinha F, Costa PP, Vasconcelos C, Silva BM. Association between vitamin D receptor (VDR) gene polymorphisms and systemic lupus erythematosus in Portuguese patients. Lupus. 2015 Jul;24(8):846-53.
  52. Cutillas-Marco, E., Marquina-Vila, A., Grant, W. B., Vilata-Corell, J. J., & Morales-Suarez-Varela, M. M. (2014). Vitamin D and cutaneous lupus erythematosus: effect of vitamin D replacement on disease severity. Lupus, 23(7), 615-623.
  53. Terrier, B., Derian, N., Schoindre, Y., Chaara, W., Geri, G., Zahr, N., … & Piette, J. C. (2012). Restoration of regulatory and effector T cell balance and B cell homeostasis in systemic lupus erythematosus patients through vitamin D supplementation. Arthritis research & therapy, 14(5), 1.
  54. Abou-Raya, A., Abou-Raya, S., & Helmii, M. (2013). The effect of vitamin D supplementation on inflammatory and hemostatic markers and disease activity in patients with systemic lupus erythematosus: a randomized placebo-controlled trial. The Journal of rheumatology, 40(3), 265-272.
  55. Azrielant, S., & Shoenfeld, Y. (2016). Eppur Si Muove: vitamin D is essential in preventing and modulating SLE. Lupus, 0961203316629001.
  56. Amital, H., Szekanecz, Z., Szücs, G., Danko, K., Nagy, E., Csepany, T., … & Doria, A. (2010). Serum concentrations of 25-OH vitamin D in patients with systemic lupus erythematosus (SLE) are inversely related to disease activity: is it time to routinely supplement patients with SLE with vitamin D?. Annals of the rheumatic diseases, 69(6), 1155-1157.
  57. Franken, S. M., Witte, B., Pavel, S., & Rustemeyer, T. (2015). Psoriasis and daily low-emission phototherapy: effects on disease and vitamin D level. Photodermatology, photoimmunology & photomedicine, 31(2), 83-89.

Bild: Sunbathing von Lady May Pamintuan Lizenz: cc-by