Symptômes d’une carence en vit. D

 

Symptômes d’une carence en vit. D

Symptômes d’une carence en vitamine D : détecter et prévenir une carence en vitamine D. Quelles sont les conséquences à long terme sur la santé ?

Sommaire

  • Quels sont les symptômes d’une carence en vitamine D ?
  • Pourquoi la vitamine D est essentielle à l’organisme ?
  • Pourquoi une carence en vitamine D entraîne-t-elle autant de symptômes et de séquelles ??
  • Quelle influence exerce la vitamine D sur le système immunitaire ?

La carence en vitamine D et ses symptômes

Parmi les autres vitamines, la vitamine D revêt une importance particulière. En effet, elle constitue directement la forme préliminaire d’une hormone essentielle, régulant de nombreux processus au sein de notre organisme.

Pendant longtemps, il a été considéré que les fonctions de la vitamine D3 se résumaient exclusivement à la régulation du métabolisme du calcium et du phosphore, et ainsi à la préservation de la santé osseuse. Quelle ne fut pas la surprise lorsqu’il s’est avéré que la quasi-totalité des cellules de notre organisme dispose de récepteurs de vitamine D, et que celle-ci représente donc le point de départ du fonctionnement de chaque cellule.

Au sein des cellules de notre organisme, la vitamine D régule l’expression de plus de 2000 gênes. (1) Elle joue donc un rôle prépondérant dans la distribution de nombreuses autres substances, influençant ainsi pratiquement tous les domaines de notre santé. La vitamine D est en effet impliquée dans un nombre incalculable de processus physiologiques, de la santé des organes et du système cardio-vasculaire, jusqu’aux muscles, aux nerfs, et au cerveau, en passant par le système immunitaire.

C’est la raison pour laquelle, les conséquences à long terme d’une carence en vitamine D sont extrêmement nombreuses, et concernent quasiment l’intégralité des domaines de la santé. Toutes ces conséquences tardives ne sont pas toujours explicitement dues à la vitamine D. C’est pourquoi il faut traiter uniquement les symptômes dont l’origine est aujourd’hui clairement imputable à la vitamine D, et dont les mécanismes d’action sont connus sur le bout des doigts.

Aperçu des symptômes d’une carence en vitamine D

Santé cellulaireManque d’énergie

Fatigue

Troubles de la concentration

Sautes d’humeur

Vertiges

Maux de tête

Décès prématuré

OsRachitisme

Ostéoporose (atrophie des os)

Ostéomalacie (ramollissement des os)

Risque accru de fractures

Système immunitaireDéficit immunitaire

Susceptibilité aux infections

Maladies respiratoires

Maladies auto-immunes (ex : sclérose en plaque, psoriasis)

Système cardio-vasculaireTroubles du rythme cardiaque

Problèmes de circulation sanguine

Diabète sucré

MusclesFaiblesses musculaires

Douleurs musculaires

Crampes

Nerfs et cerveauDouleurs nerveuses

Pathologies neurologiques

Dépression

Démence

Que faire en présence de symptômes causés par une carence en vitamine D ?

Test

Puisque certains des symptômes mentionnés peuvent également faire leur apparition en cas de carence en divers autres nutriments, il est recommandé de réaliser un test sanguin de vitamine D. Celui-ci peut être réalisé chez le médecin, mais il peut également être effectué soi-même à l’aide d’un kit spécial, que l’on peut commander directement sur internet.

Traitement

En fonction des résultats émis par le test, le traitement peut se dérouler de différentes manières. En cas de taux légèrement faible, l’assimilation un complément alimentaire suffit amplement. En cas de taux extrêmement faible, la mise en place d’un traitement initial avec un dosage élevé s’impose, afin de d’augmenter rapidement les valeurs sanguines.

Compléments appropriés

Les compléments combinant la vitamine D3 et la vitamine K2 sont à recommander en tant que complément alimentaire global, puisque ces deux vitamines agissent en étroite corrélation.

Complément global (dosage flexible)1000 UI de vitamine D3  +
50µg de vitamine K2 MK7
Vitamin D3 + K2 MK7 + 1000 IE + 50µg + 100% all-trans

*le lien ouvre une nouvelle recherche dans le moteur de recherche Google.fr

La vitamine D et la santé cellulaire

Tel qu’indiqué auparavant, la vitamine D régule environ 2000 gênes au sein de nos cellules, ceux-ci sont indéniablement nécessaires au cours de différents processus physiologiques. C’est pourquoi l’un des principaux symptômes dû à une carence en vitamine D consiste en une détérioration de la santé cellulaire, ce qui, sur le long terme, va polluer et attaquer les organes.

Dans ce contexte, l’action de la vitamine D peut être comparée au fonctionnement d’une voiture dont le moteur est actionné sans huile : certes, la voiture va encore rouler un moment, mais l’usure est considérablement accélérée et entraîne, sur le long terme, une destruction prématurée du véhicule.

De la même manière, une carence en vitamine D est considérée comme une cause essentielle de décès prématuré et certains spécialisent avancent même qu’environ 18.000 personnes décèdent prématurément chaque année en Allemagne, des suites d’une carence en vitamine D. (2) Ce point de vue drastique reste cependant encore quelque peu controversé, puisque dans certains cas, la présence d’un faible taux de vitamine D peut également être la conséquence d’une pathologie.

Symptômes d’une carence en vitamine D et santé cellulaire

L’existence de la vitamine D a été découverte par le biais de son symptôme le plus célèbre, la maladie osseuse appelée rachitisme, maladie qui fut longtemps très répandue chez les enfants. Le rachitisme est une conséquence directe d’une carence en vitamine D, entraînant de graves problèmes de croissance ainsi que de sévères malformations osseuses.

La majeure partie des os n’étant pas complètement formée avant notre 20ème anniversaire, l’apparition d’une carence en vitamine D provoque des effets particulièrement dévastateurs. Toutefois, en vieillissant, une carence en vitamine D entraîne également des effets négatifs sur la santé osseuse, dont les principaux symptômes sont l’ostéoporose (atrophie des os) et l’ostéomalacie (ramollissement des os).

Les importants effets de la vitamine D sur la santé osseuse s’expliquent par la fonction de régulation de l’assimilation du calcium et du phosphore, assumée par la vitamine D. Ces deux nutriments constituent les éléments les plus importants dans le développement de l’organisme. Une carence en vitamine D provoque également l’apparition d’une carence en calcium dans les plus brefs délais, puisqu’en l’absence de vitamine D, le calcium ne peut être assimilé en quantité suffisante par le biais de l’alimentation. L’organisme essaie de combler ce manque en réquisitionnant dans le calcium contenu dans les os, ce qui entraîne leur déminéralisation. En conséquence, les os deviennent à long terme mous et cassant, pouvant ainsi favoriser l’augmentation des fractures osseuses, particulièrement avec l’âge.

Les symptômes au niveau du système immunitaire

En raison de ses propriétés de régulation cellulaire, la vitamine D exerce une influence considérable sur le système immunitaire. C’est pourquoi une intense susceptibilité aux infections compte par exemple parmi les symptômes d’une carence en vitamine D, ce symptôme est particulièrement visible en période hivernale, lorsque la production de vitamine D grâce au soleil est significativement réduite.

La vitamine D régule immédiatement l’assimilation de divers antibiotiques, elle régule également les défenses immunitaires de toutes les tranches d’âge de la population. (3, 4) Par la suite, elle peut entraîner l’apparition fréquente de symptômes grippaux, et particulièrement l’apparition de maladies respiratoires. (5) Son rôle prépondérant dans le développement de nombreuses maladies auto-immunes est actuellement de notoriété publique. (6, 7) Par exemple, l’action de la vitamine D lors de la maladie auto-immune appelée communément sclérose en plaque fait l’objet de nombreuses recherches. De récentes études ont souligné qu’une carence en vitamine D est impliquée massivement dans l’apparition de maladies, qui peuvent d’ailleurs être traitées grâce une assimilation de compléments de vitamine D.

Carence en vitamine D et symptômes liés au système cardio-vasculaire

La vitamine D influe directement sur différents aspects du système cardio-vasculaire. De nombreuses études ont démontré que de ce fait, un faible taux de vitamine D s’accompagne généralement d’un risque de décès prématuré. (8, 9) Les évaluations d’études démographiques adhèrent également à cette approche. (10)

Les principales méta-analyses réalisées jusqu’à présent sur ce sujet, c’est à dire les études rassemblant plus de 10.000 participants, sont parvenues à la conclusion qu’un taux optimal de vitamine D diminue de 33 pour cent le risque de maladies cardio-vasculaires, et de 55 pour cent le risque de diabète.(11) Le fait que les maladies cardio-vasculaires représentent la cause de décès la plus fréquemment rencontrée, est lié à l’influence considérable qu’exerce le taux de vitamine D sur la mortalité, et souligne également l’importance majeure de cette vitamine pour l’ensemble de la santé.

Tableau : augmentation de l’apparition de maladies cardio-vasculaires lors d’une carence en vitamine D

Infarctus62 %
Insuffisance cardiaque300%
Augmentation de la pression sanguine30 %
Diabète sucré98 %

Les dernières études mettent cette relation en doute et supposent qu’un faible taux de vitamine D ne constitue pas une cause, mais plutôt une conséquence de la maladie. (27) Les résultats de l’importante étude de prévention réalisée en 2017 vont enfin définitivement faire la lumière sur ce sujet.

Contrairement à l’opinion autrefois communément admise, ces études ont au moins pu établir que la vitamine D permet de contrecarrer la calcification des vaisseaux. Auparavant, il était supposé que la vitamine D représentait plutôt un facteur de risque, en raison de sa fonction de stimulation de l’assimilation du calcium. (12, 13) En revanche, la calcification des vaisseaux est considérée comme la cause principale de maladies cardio-vasculaires. Dans ce domaine, la vitamine D possède des effets préventifs, tant que l’apport en vitamine K2 est assuré. C’est pourquoi la vitamine D dès que possible être assimilée conjointement à la vitamine K2.

Carence en vitamine D : symptômes liés aux nerfs et au cerveau

Des récepteurs de vitamine D sont également présents dans le système nerveux central ainsi que dans le cerveau. (14, 15) Dans ce domaine, la vitamine D remplit manifestement plusieurs fonctions indéniablement aussi essentielles les unes que les autres. D’une part, la vitamine D protège les neurones des dommages encourus ainsi que d’une dégénérescence liée à l’âge. D’autre part, elle régule également de nombreux neurotransmetteurs.

En outre, elle semble également jouer un rôle prépondérant dans le processus de désintoxication du cerveau, tel que le soulignent de récentes études.  Ainsi, la vitamine D régule la distribution du gluthation, l’un des antioxydants les plus puissants de l’organisme, et inhibe la production de monoxyde d’azote, substance particulièrement nocive. (16-18)

C’est pourquoi de nos jours, la carence en vitamine D est associée à des symptômes correspondant à des pathologies telles que la démence, la dépression ou encore la schizophrénie. Elle revêt manifestement une importance primordiale dans le développement et la préservation du cerveau et du système nerveux.

Carence en vitamine D et dépression

Dans le langage populaire, il est déjà admis que la dépression hivernale est liée à un manque de soleil. Les recherches actuelles semblent renforcer cette relation intuitive entre la dépression et une carence en vitamine D. Toutefois, le facteur décisif n’est pas le manque de lumière, mais plutôt le manque de vitamine D, tel que l’a nettement démontré une étude. En effet, tandis qu’une assimilation de vitamine D contribue à une amélioration de 74% sur l’échelle de dépression, la luminothérapie n’a permis aucun progrès. (20) Ces résultats ont également été confirmés par diverses études. (21)

Une évaluation de l’étude NHANES-III (enquête sur la santé et la nutrition) incluant plus de 8000 participants a démontré qu’in faible taux de vitamine D augmente le risque de dépression de 200%. (22) Grâce à ces études, ainsi qu’à de nombreuses années d’expériences pratiques positives, la vitamine D est actuellement utilisée par de nombreux thérapeutes et rencontre un franc succès dans la prévention et le traitement des dépressions.

Symptôme de carence en vitamine D : la faiblesse musculaire

La vitamine D est également associée à l’apparition de faiblesses et de pertes musculaires, qui sont aujourd’hui considérés comme des symptômes d’une carence en vitamine D. (23)

Une telle carence constitue un facteur de risque important, particulièrement avec l’âge. En effet, un faible taux de vitamine D entraîne d’une part, des os fragilisés, et d’autre part, il favorise ainsi l’apparition de chutes fréquentes. (24- 26)

Dans ce contexte, l’assimilation de compléments de vitamine D s’est avérée être une mesure de prévention exceptionnellement effective, permettant de diminuer sensiblement le risque de chutes et de fractures.

Cependant, de nettes faiblesses musculaires semblent proliférer à partir d’un très faible taux de vitamine D inférieur à 15ng/ml. Au-delà d’une carence aussi marquée, l’effet de la vitamine D sur la force musculaire, ainsi que ses possibilités d’action dans le domaine de l’amélioration des performances sportives, n’ont jusqu’à présent fait l’objet que de très rares recherches.

Prévenir l’apparition des symptômes d’une carence en vitamine D

Les symptômes d’une carence en vitamine D sont multiples et en partie extrêmement sérieux. Par chance, il est aisément possible de les éviter.

En période estivale, un bain de soleil quotidien d’une durée comprise entre 20 et 40 minutes suffit à prévenir l’apparition d’une carence en vitamine D. Malheureusement, au cours de la période d’octobre à avril, le soleil n’est pas suffisamment présent en Europe du nord, pour permettre la production de vitamine D en quantités optimales.

Pendant la saison hivernale, les spécialistes de la nutrition recommandent actuellement l’assimilation de compléments de vitamine D afin de prévenir l’apparition d’une carence, mais également afin d’éviter la pollution de l’organisme causé par une carence en vitamine D.

Lorsque la quantité de soleil directement absorbée en été est insuffisante, il est primordial de respecter ces recommandations. En effet, ce facteur peut également entraîner l’apparition progressive d’une carence en vitamine D.

Sources

  1. Morris HA, Anderson PH (2010) Autocrine and Paracrine Actions of Vitamin D. Clin Biochem Rev 31:129–138 PMCID: PMC2998276
  2. Zittermann A, von Helden R, Grant W, Kipshoven C, Ringe JD (2009) An estimate of the survival benefit of improving vitamin D status in the adult german population. Dermatoendocrinol 1:300–306 PMCID: PMC3092570
  3. van Etten E, Mathieu C (2005) Immunoregulation by 1,25-dihydroxyvitamin D3: basic concepts. J Steroid Biochem Mol Biol 97:93–101 PMID: 16046118
  4. Baeke F, Gysemans C, Korf H, Mathieu C (2010) Vitamin D insufficiency: implications for the immune system. Pediatr Nephrol 25:1597–1606 PMID: 20180136
  5. Ginde AA, Mansbach JM, Camargo CA (2009) Vitamin D, respiratory infections, and asthma. Curr Allergy Asthma Rep 9:81–87 PMID: 19063829
  6. Cantorna MT, Mahon BD (2004) Mounting evidence for vitamin D as an environmental factor affecting autoimmune disease prevalence. Exp Biol Med (Maywood) 229:1136–1142 PMID: 15564440
  7. Adorini L, Penna G (2008) Control of autoimmune diseases by the vitamin D endocrine system. Nat Clin Pract Rheumatol 4:404–412 PMID: 18594491
  8. Melamed ML, Michos ED, Post W, Astor B (2008) 25-hydroxyl Vitamin D Levels and the Risk of Mortality in the General Population. Arch Intern Med 168:1629–1637 PMCID: PMC2677029
  9. Autier P, Gandini S (2007) Vitamin D supplementation and total mortality: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Intern Med 167:1730–1737 PMID: 17846391
  10. Martins D, Wolf M, Pan D, Zadshir A, Tareen N, Thadhani R, Felsenfeld A, Levine B, Mehrotra R, Norris K (2007) Prevalence of cardiovascular risk factors and the serum levels of 25-hydroxyvitamin D in the United States: data from the Third National Health and Nutrition Examination Survey. Arch Intern Med 167:1159–1165 PMID: 17563024
  11. Parker J, Hashmi O, Dutton D, Mavrodaris A, Stranges S, Kandala N-B, Clarke A, Franco OH (2010) Levels of vitamin D and cardiometabolic disorders: systematic review and meta-analysis. Maturitas 65:225–236 PMID: 20031348
  12. Watson KE, Abrolat ML, Malone LL, Hoeg JM, Doherty T, Detrano R, Demer LL (1997) Active Serum Vitamin D Levels Are Inversely Correlated With Coronary Calcification. Circulation 96:1755–1760 DOI: 10.1161/01.CIR.96.6.1755
  13. de Boer IH, Kestenbaum B, Shoben AB, Michos ED, Sarnak MJ, Siscovick DS (2009) 25-Hydroxyvitamin D Levels Inversely Associate with Risk for Developing Coronary Artery Calcification. J Am Soc Nephrol 20:1805–1812 PMCID: PMC2723983
  14. Stumpf WE, Sar M, Clark SA, DeLuca HF (1982) Brain target sites for 1,25-dihydroxyvitamin D3. Science 215:1403–1405 PMID: 6977846
  15. Eyles DW, Smith S, Kinobe R, Hewison M, McGrath JJ (2005) Distribution of the Vitamin D receptor and 1α-hydroxylase in human brain. Journal of Chemical Neuroanatomy 29:21–30 DOI: 10.1016/j.jchemneu.2004.08.006
  16. Buell JS, Dawson-Hughes B (2008) Vitamin D and Neurocognitive Dysfunction: Preventing “D”ecline? Mol Aspects Med 29:415–422 PMCID: PMC2829975
  17. Garcion E, Wion-Barbot N, Montero-Menei CN, Berger F, Wion D (2002) New clues about vitamin D functions in the nervous system. Trends in Endocrinology & Metabolism 13:100–105 DOI: 10.1016/S1043-2760 (01)00547-1
  18. Ibi M, Sawada H, Nakanishi M, Kume T, Katsuki H, Kaneko S, Shimohama S, Akaike A (2001) Protective effects of 1α,25-(OH)2D3 against the neurotoxicity of glutamate and reactive oxygen species in mesencephalic culture. Neuropharmacology 40:761–771 DOI: 10.1016/S0028-3908 (01)00009-0
  19. Berk M, Sanders KM, Pasco JA, Jacka FN, Williams LJ, Hayles AL, Dodd S (2007) Vitamin D deficiency may play a role in depression. Medical Hypotheses 69:1316–1319 DOI: 10.1016/j.mehy.2007.04.001
  20. Gloth FM, Alam W, Hollis B (1999) Vitamin D vs broad spectrum phototherapy in the treatment of seasonal affective disorder. J Nutr Health Aging 3:5–7 PMID: 10888476
  21. Jorde R, Sneve M, Figenschau Y, Svartberg J, Waterloo K (2008) Effects of vitamin D supplementation on symptoms of depression in overweight and obese subjects: randomized double blind trial. Journal of Internal Medicine 264:599–609 DOI: 10.1111/j.1365-2796.2008.02008.x
  22. Ganji V, Milone C, Cody MM, McCarty F, Wang YT (2010) Serum vitamin D concentrations are related to depression in young adult US population: the Third National Health and Nutrition Examination Survey. Int Arch Med 3:29 PMCID: PMC2996356
  23. Pfeifer M, Begerow B, Minne HW (2002) Vitamin D and Muscle Function. Osteoporosis International 13:187–194 DOI: 10.1007/s001980200012
  24. Bischoff-Ferrari HA, Willett WC, Wong JB, Giovannucci E, Dietrich T, Dawson-Hughes B (2005) Fracture prevention with vitamin D supplementation: a meta-analysis of randomized controlled trials. JAMA 293:2257–2264 PMID: 15886381
  25. Bischoff-Ferrari HA, Dawson-Hughes B, Willett WC, Staehelin HB, Bazemore MG, Zee RY, Wong JB (2004) Effect of Vitamin D on Falls: A Meta-analysis. JAMA 291:1999 DOI: 10.1001/jama.291.16.1999
  26. Kalyani RR, Stein B, Valiyil R, Manno R, Maynard JW, Crews DC (2010) Vitamin D Treatment for the Prevention of Falls in Older Adults: Systematic Review and Meta-Analysis: VITAMIN D AND FALLS IN OLDER ADULTS. Journal of the American Geriatrics Society 58:1299–1310 DOI: 10.1111/j.1532-5415.2010.02949.x
  27. Autier P, Boniol M, Pizot C, Mullie P (2014) Vitamin D status and ill health: a systematic review. Lancet Diabetes Endocrinol 2:76–89 PMID: 24622671