La vitamine D et la vitamine K

 

La vitamine D et la vitamine K

La vitamine D doit toujours être assimilée conjointement avec de la vitamine K2, afin d’éviter tout risque pour la santé. Qu’est-ce que la vitamine K ? Effets et carence en K2.

Sommaire :

  • La vitamine D et la vitamine K2 agissent en corrélation
  • Sans vitamine K2, la vitamine D peut-même être nocive
  • La vitamine K2 est produite par des bactéries dans l’intestin, ce processus est fréquemment perturbé et l’apport en vitamine K2 est généralement insuffisant
  • Les compléments de vitamine D doivent toujours être combinés avec de la vitamine K2
  • La vitamine K2 MK7 d’origine naturelle constitue la meilleure forme de vitamine K2

Vitamine D et vitamine K2 : une équipe gagnante

Une fonction fondamentale de la vitamine D consiste à réguler l’assimilation du calcium et à produire certaines protéines essentielles. Que ce soit pour l’exploitation du calcium, ou encore pour l’activation des protéines produites, la vitamine D a toutefois besoin de son principal partenaire : la vitamine K2.

Cette vitamine, encore relativement inconnue, veille à ce que le calcium assimilé grâce à la vitamine D soit correctement transporté et exploité, mais elle est également responsable de l’activation de protéines essentielles, telles que la protéine GLA matricielle (MGP) et de l’hormone peptidique ostécalcine. (1-3, 42)

L’ostéocalcine joue un rôle prépondérant lors de la reconstruction osseuse, elle veille à ce que le calcium assimilé soit également réellement intégré dans les os. La matrice GLA quant à elle, veille à ce que le calcium ne soit pas stocké dans les tissus ou les organes dans lesquels le calcium est produit, puis évacué. (34)

En l’absence de vitamine K2, ces protéines restent inactives et le calcium est stocké dans l’organisme sous formes de plaques nocives et inutiles. Des calcifications apparaissent alors, endommageant les tissus, les organes et les vaisseaux. Il en résulte des calculs rénaux, une artériosclérose, ainsi qu’une multitude de maladies graves pouvant aller jusqu’à l’infarctus. (4) Le calcium ne déploie ensuite que  des effets extrêmement limités sur la santé.

La vitamine K2 constitue l’un des principaux partenaires de la vitamine D, c’est pourquoi les deux vitamines doivent constamment être assimilées simultanément. (43)

vitamine-d-vitamine-k

Carence en vitamine K et compléments de vitamine D

Puisque la vitamine K2 actives les protéines produites par la vitamine D, il est fortement probable que lors d’une augmentation du taux de vitamine D une carence relative ou absolue fasse progressivement son apparition. En effet, une quantité plus importante de vitamine K est nécessaire pour le processus d’activation des protéines, si bien que la réserve corporelle de vitamine D présente dans l’organisme est rapidement épuisée, celle-ci n’est donc plus disponible pour assurer le fonctionnement des autres processus. (5)

Sans vitamine K, le processus d’exploitation du calcium est également perturbé, si bien que ce minéral finit par être stocké dans l’organisme. En conséquence, une calcification nocive des vaisseaux et des organes se développe sur le long terme., non parce que le taux de calcium augmente, mais plutôt parce que la quantité de vitamine D est insuffisante pour permettre l’exploitation du calcium. (38 – 40)

Ces relations expliquent même probablement en partie les effets toxiques provoqués par l’assimilation de doses de vitamine D extrêmement élevées. Des teste réalisés sur les animaux ont pu démontrer qu’une carence en vitamine K2 entraîne l’apparition de symptômes similaires à ceux provoqués par de très fortes doses toxiques de vitamine D. (6)

Dans ce contexte, il a également été démontré qu’à l’exception d’une utilité avérée, un taux de vitamine D particulièrement élevé augmente même le risque de fractures osseuses lorsqu’il existe parallèlement une carence en vitamine K2. (7)

Particulièrement dans le cadre d’un supplément de vitamine D il faut absolument privilégier les compléments contenant de la vitamine D combinée á la vitamine K2, afin de prévenir un risque de carence en vitamine K2.

Qu’est-ce qu’exactement la vitamine K2 et quelles fonctions assure-t-elle au sein de l’organisme ?

Vitamine K : la vitamine inconnue

Les vitamines K sont actuellement relativement inconnues parmi la population, mais elles jouent cependant un rôle essentiel pour la santé, à l’image de toutes les vitamines. (8) Nous savons aujourd’hui que leurs effets varient selon leur forme chimique. La vitamine K existe sous deux formes principales :

  • Vitamine K1 (phylloquinone/phyllochinone) agit principalement dans le foie et est responsable de la coagulation sanguine.
  • Vitamine K2 (ménaquinone/ménachinone) agit dans la totalité de l’organisme et active tout un éventail de protéines essentielles principalement responsables de l’exploitation du calcium, mais elles déploient également de nombreux autres effets.

La vitamine K1 se trouve dans de nombreux légumes verts (feuilles vertes), tels que les épinards, le choux vert ou les brocolis.
La vitamine K2 est d’origine bactérienne, elle est présente quasiment exclusivement dans les aliments d’origine animale et dans les aliments fermentés.

Les effets des vitamines K1 et K2

La terminologie révèle d’ores et déjà que les deux vitamines ont longtemps été considérées comme deux parties majeures de forme identique composant une seule et même vitamine. Nous savons désormais que la fonction et le métabolisme des deux vitamines K sont fondamentalement différents.

Tandis que la vitamine K1 est connue pour sa fonction presque exclusive dans le processus de coagulation sanguine, la vitamine K2 déploie des effets de plus en plus nombreux, n’ayant pas été constaté chez la vitamine K1. (9)

Vitamine K1

  • active le facteur de coagulation prothrombine dans le foie.

Vitamine K2

  • active également le facteur de coagulation prothrombine dans le foie.
  • active l’ostéocalcine qui régule la minéralisation des os des dents.
  • active la protéine matricielle GLA permettant de lier le calcium libre, empêchant ainsi la calcification des organes et des vaisseaux.
  • active Gas6, qui régule la division, la différenciation et la migration cellulaire, mais qui est également impliqué dans certains processus de réparation essentiels au sein de différents organes et vaisseaux.

En raison de son spectre d’action extrêmement large, la vitamine K2 joue un rôle éminemment plus important pour la santé que sa congénère, la vitamine K1. (36, 48) Bien que l’éventail total de ses fonctions n’ait à ce jour pas en été complètement découvert, certaines fonctions d’ores et déjà primordiales ont toutefois été mises à jour, telles que :

  • Préservation de la santé des os, des vaisseaux et de la peau
  • Inhibition des inflammations chroniques
  • Protection des nerfs et du cerveau
  • Protection du coeur
  • Prévention de cancers

Pratiquement aucune de ces fonctions n’a pu être observée chez la vitamine K1. (10 – 13)

Contrairement à la vitamine K1, la vitamine K2 joue tout particulièrement un rôle prépondérant dans la prévention de l’ostéoporose, de l’artériosclérose et des maladies touchant les artères coronaires. Une carence en vitamine K2 amplifie le risque de décès lié à une insuffisance cardiaque de manière presque aussi significative que le tabagisme lourd. (37, 41) Elle est également présente en quantités importantes dans le cerveau, où elle contribue à la formation de connexions protectrices. (14) Elle affiche des propriétés inhibitrices des inflammations (44), et de récentes études indiquent également une action fructueuse en cas de maladies rénales chroniques. (15)

Les différents formes de la vitamine K2

La vitamine K1 et la vitamine K2 sont extrêmement différentes en termes de forme, mais il existe également diverses formes de vitamine K2, présentant des effets en tous points similaires. Elles sont dénommées en fonction du nombre d’affluents, en partant de la MK4 (Ménaquinone-4) jusqu’à la MK13.

Les plus célèbres sont les MK4 et MK7, les scientifiques disposent jusqu’à présent que de très peu d’informations sur les autres formes de la vitamine, et leurs effets restent également flous.

MK7 – la meilleure forme de la vitamine D

Bien que l’efficacité de la MK4 et de la MK7 semble en tous points similaire, la MK7 constitue la forme nettement supérieure de la vitamine K2.

Cette supériorité se reflète principalement dans la disponibilité : les deux formes sont pratiquement complètement assimilées par le biais des compléments. Elles présentent toutefois une faculté de liaison différente dans le sang : la majeure partie de la MK4 est éliminée après quelques heures seulement, alors que la MK7 reste disponible 72 heures dans le sang.

Une comparaison directe des deux principes actifs a révélé que la vitamine K2 MK4 ne produit des effets mesurables qu’à partir de doses particulièrement élevées. À l’inverse, la MK7 agit d’ores et déjà en présence de faibles quantités. 60µg de MK7 ont affiché une meilleure efficacité que 500µg de MK4. (32)

Au fil du temps, lors d’assimilations régulières, la Mk7 s’accumule en quantités considérablement plus élevées dans l’organisme, ce qui garantit un apport durablement suffisant pour tous les organes et les tissus. (16-18)

Demi-vie des différentes formes de vitamine K (19)

Vitamine K11,5
Vitamine K2 MK41
Vitamine K2 MK772

Généralement, la MK7 déploie une efficacité nettement décuplée par rapport à la MK4, c’est pourquoi de nombreux experts recommandent désormais l’utilisation exclusive de compléments contenant cette forme. Le coefficient de performance exact par rapport à la vitamine MK4 n’est aujourd’hui toujours pas précisément chiffré. (17, 18)

La vitamine MK7 peut être transformée en vitamine Mk4 par l’organisme. En raison de sa meilleure disponibilité, la vitamine Mk7 constitue, dans cette optique, un fournisseur de MK4 bien meilleur et largement plus durable que la vitamine MK4 elle-même.

Les principes actifs de la vitamine K2 dans les compléments

Les deux principes actifs de la vitamine K2, la MK4 et la MK7, entrent l’une et l’autre aussi fréquemment dans la composition des compléments alimentaires. Tel qu’indiqué précédemment, la MK7 doit nettement être privilégiée à la MK4.

Tandis que la MK4 est perpétuellement fabriquée de manière synthétique, il existe différentes options en ce qui concerne la MK7. Elle peut en effet être extraite à partir du soja (natto), ou bien être issue de la synthèse organique d’huiles végétales (géraniol et citronnelle). Les deux procédés reposent sur des matières premières naturelles, toutefois, les deux options sont au mieux caractérisées de semi-naturelles en raison de leur processus de fabrication complexe incluant de multiples phases de filtrage et de dissolution.

La synthèse organique présente l’avantage de procurer une solution contenant 100% de vitamine K2 totalement pure, tandis que suite à l’extraction à partir de natto, les différences qualitatives recensées parmi les divers fabricants peuvent être énormes. La teneur 100% all-trans constitue un autre avantage.

Vitamine K2 MK7 : les formes all-trans et cis

La vitamine MK7 existe également sous différentes formes, nommées isomères cis et trans. Les deux formes sont identiques le plan chimique, mais elles se distinguent de par leur construction géométrique.

vitamine-d-vitamine-k2

L’organisme ne peut exploiter que la forme trans de la vitamine MK7, puisque celle-ci ne peut être reliée à certaines enzymes dans la membrane cellulaire que dans cette seule et unique configuration.

Bien que la forme cis soit inefficace, de nombreux produits de vitamine K2 contiennent jusqu’à 70% d’isomères cis inutiles.

C’est pourquoi lors de l’achat de complément MK7, il faut constamment prêter attention à la mention “100% all-trans” MK7 portée sur l’emballage.

Can't find PostID: 1285

Le besoin en vitamine K

Le besoin exact en vitamine K n’est actuellement pas établi de manière définitive. Concernant la vitamine K1, il est supposé correspondre à environ 1 µg par kg de poids corporel, c’est à dire qu’il se situe généralement entre 70 et 120 µg chez l’adulte. (20)

Toutefois, ces recommandations sont basées sur des connaissances obsolètes et ne se réfèrent qu’à la capacité de la vitamine K1 à activer les facteurs de coagulation sanguine dans le foie, elles ne prennent pas en compte l’apport en K2, ni les fonctions autres que la coagulation sanguine, c’est pourquoi la plupart des auteurs craignent fortement que ces quantités puissent être effectivement suffisantes. (21, 47)

Le besoin minimal en vitamine K2 est estimé à approximativement 45 µg, (10) de récentes études suggèrent qu’une dose comprise entre 120 et 200 µg permet d’atteindre une efficacité optimale, et les experts en nutrition recommandent une dose moyenne équivalent 150 µg. (15, 21, 22, 34)

K170 µg150 – 200 µg
K245 µg120 – 200 µg

*vaut pour un adulte

Le dosage de la vitamine K2 dans le cadre d’un traitement de vitamine D

En raison de cette relation, l’assimilation de vitamine K2 dans le cadre d’un traitement de vitamine D doit être sérieusement considérée.

En ce qui concerne les compléments combinant vitamine D et vitamine K2, la vitamine K2 MK7100% all-trans naturelle constitue le principe actif à recommander impérativement. 

Nous recommandons l’assimilation de 100 – 200 µg de vitamine K2 MK7 associée à un apport complémentaire en vitamine D.

La pertinence des proportions contenues dans le mélange dépend du dosage souhaité en Vitamine D. Un mélange contenant 1000 UI de vitamine D pour 50µg de vitamine K2 constitue un bon compromis, puisqu’il permet de couvrir une large échelle de dosage.

Trouver les compléments appropriés sur internet

K2 pure200µgVitamine K2 + MK7 + 200 µg + 100% all-trans + naturelle
D3 + K2 combinées1000 IE + 50µgVitamine D3 + K2 MK7 +1000 UI + 50µg + 100% all-trans

Carence en vitamine K

Chez un adulte avec une alimentation saine, les chances de voir apparaître une carence en vitamine K1 sont relativement rares. Une évaluation réalisée à partir de 11 études a permis de déterminer une assimilation moyenne équivalant à environ 150µg, ce chiffre varie selon le domaine optimal estimé. (20) Parmi les signes d’une carence en vitamine K1 se trouve, par exemple, les problèmes liés à la coagulation sanguine, ces symptômes apparaissent également relativement rarement.

La carence en vitamine K2 représente un phénomène considérablement plus fréquent, comme nous allons le voir plus loin dans l’article. En effet, contrairement à la vitamine K1, la vitamine K2 est produite par le biais de bactéries, et son apport n’est en partie être fourni que grâce à l’alimentation, tandis que la seconde partie doit être garantie grâce à l’autoproduction de l’organisme dans la flore intestinale. Avant d’examiner ce sujet plus en profondeur, voici un aperçu des aliments contenant de la vitamine K, visant à servir de ligne directrice permettant à chacun d’estimer son propre apport.

Les aliments contenant de la vitamine K

La vitamine K1 se trouve principalement dans les légumes à feuilles vertes, la vitamine K2 est présente dans les aliments fermentés, dans certains aliments d’origine animale ainsi que dans le fromage. (21 – 24)

Chou vert817
Chou chinois (cru)440
Épinard (cru)380
Salade315
Pois chiche264
Fenouil240
Chou de Bruxelles236
Brocoli180
Huile de colza150
Lentilles123
Huile d’olive55
Natto (soja)35998 (MK7)
Beurre1515 (MK4)
Foie gras d’oie11365 (MK4)
Fromage à pâte dure1077 (MK4-MK10)
Fromage à pâte molle357 (MK4-MK10)
Viande de volaille9 (MK4)
Jaune d’oeuf131 (MK4)
Viande de porc0,21,6 (MK8, MK7)

Carence en vitamine K2

Alors que l’apport en vitamine K1 peut être généralement fourni de manière satisfaisante grâce à une alimentation riche en légumes, l’apport en vitamine K2 reste fréquemment à un stade largement plus critique chez la plupart des gens. Certes la vitamine K1 peut être convertie en vitamine K2 dans l’organisme, cependant, un surplus de vitamine K1 particulièrement généreux s’avère pour cela nécessaire, et celui-ci n’est pas assuré par le biais des régimes alimentaires généralement pratiqués dans les pays occidentaux.

Les circonstances dans lesquelles se déroule la transformation restent également inconnues. Le fait que de multiples études, telles que certaines mentionnées précédemment, aient obtenu des résultats impressionnants avec un complément en K2, tandis que l’assimilation de K1 n’a produit aucun effet, suggère que ces phases de conversion ne contribuent quasiment pas à l’apport en K2 chez la majorité des personnes.

La vitamine K2 issue des bactéries intestinales

La vitamine K2 est produite par des bactéries vivant également dans les intestins de l’être humain. En cas de parfaite santé intestinale, cette voie devrait grandement contribuer à l’apport en vitamine K2. (25-27) En revanche, il est à douter que cette voie seule suffise à couvrir le besoin global. (27)

En cas de troubles de la flore intestinale, cette voie peut éventuellement être fortement entravée, si bien qu’un grand nombre de personnes ont rencontré des problèmes pour parvenir à couvrir leur besoin par cette unique voie. (28, 29) Sur le thème de la carence en vitamine K2, seules de très rares recherches ont jusqu’à présent été réalisées sur des populations, les recherches existantes indiquent pourtant d’ores et déjà la présence d’une nette carence parmi la population occidentale. (30-32)

La cause présumée réside dans les troubles intestinaux présents dans la majeure partie des cas chez les personnes vivant dans les pays industrialisés, en raison d’une alimentation peu saine, d’un environnement stérile, et d’un recours excessif aux antibiotiques. En conséquence, ces personnes sont incitées à couvrir au moins une partie de leur besoin en vitamine K par le biais de l’alimentation, ce qui n’est pas obligatoirement chose aisée, tel que nous l’indique le tableau ci-avant. La difficulté monte encore d’un cran pour les personnes ne consommant aucun produit laitier pour des raisons de santé ou d’éthique.

La vitamine K2 l’assimilation d’anticoagulants

Les personnes sous prescription de médicaments anticoagulants ne doivent assimiler des compléments de vitamine K que sous surveillance médicale. Les anticoagulants contiennent des principes actifs dérivés de la coumarine, tels que la warfarine, la phénprocoumone et le biscoumacétate d’éthyle, ces agents actifs sont des antagonistes de la vitamine K, ils inhibent donc l’activation des facteurs de coagulation sanguine réalisée par la vitamine K.

Suite à l’assimilation de vitamine K, ces médicaments deviennent partiellement, voire totalement inefficaces, c’est pourquoi la plus grande prudence est de mise dans ces situations-ci.

Contrairement aux informations erronées largement répandues, la vitamine K2 est également capable d’activer les facteurs de coagulation sanguine. En effet, elle fait preuve d’une efficacité au moins similaire, si ce n’est bien meilleure que la vitamine K1 dans ce domaine. Les études actuelles font état d’une efficacité environ 4 fois supérieure de la vitamine K2 MK7 sur la coagulation sanguine, par rapport à la vitamine K1.

“La MK-7 constitue un antidote 3 à 4 fois plus fort que la K1 pour inhiber oralement la coagulation sanguine. […] Les compléments de MK-7 contenant plus de 50 µg/jour peuvent entraver le traitement à base d’inhibiteurs oraux de coagulation sanguine.” (16)

Une autre étude établit même qu’une dose de 10µg par jour freine déjà nettement le processus de coagulation sanguine.

“Chez certaines personnes, un complément de MK-7 influence sensiblement le degré de coagulation, déjà à partir de 10 µg. C’est pourquoi, chez les patients recevant un traitement de vitamine K antagoniste, l’assimilation de compléments de MK-7 devrait être évitée.” (48)

La vitamine K1 pour les bébés

En revanche, chez les bébés, cette action déployée sur la coagulation sanguine est désirée et souhaitable. La méthode la plus commune consiste à administrer de très fortes doses de vitamine K1 immédiatement après la naissance. En effet, actuellement en Allemagne, de la vitamine K1 prophylactique est généralement administrée aux nouveaux nés, afin d’activer la coagulation sanguine et de minimiser les hémorragies cérébrales chez les nourrissons.

En présence de réserves optimales de vitamine K chez la mère, le premier lait (colostrum) contient une importante quantité de vitamine K1, permettant de parvenir à des effets similaires. Par la suite, le lait maternel perd considérablement de sa teneur en vitamine K1.

Sources :

  1. Vermeer C, Jie KS, Knapen MH (1995) Role of vitamin K in bone metabolism. Annu Rev Nutr 15:1–22 PMID: 8527213
  2. Gallop PM, Lian JB, Hauschka PV (1980) Carboxylated calcium-binding proteins and vitamin K. N Engl J Med 302:1460–1466 PMID: 6990261
  3. Hauschka PV, Lian JB, Cole DE, Gundberg CM (1989) Osteocalcin and matrix Gla protein: vitamin K-dependent proteins in bone. Physiol Rev 69:990–1047 PMID: 2664828
  4. Berkner KL, Runge KW (2004) The physiology of vitamin K nutriture and vitamin K-dependent protein function in atherosclerosis. Journal of Thrombosis and Haemostasis 2:2118–2132 DOI: 10.1111/j.1538-7836.2004.00968.x
  5. Masterjohn C (2007) Vitamin D toxicity redefined: vitamin K and the molecular mechanism. Med Hypotheses 68:1026–1034 PMID: 17145139
  6. Luo G, Ducy P, McKee MD, Pinero GJ, Loyer E, Behringer RR, Karsenty G (1997) Spontaneous calcification of arteries and cartilage in mice lacking matrix GLA protein. Nature 386:78–81 PMID: 9052783
  7. Feskanich D, Weber P, Willett WC, Rockett H, Booth SL, Colditz GA (1999) Vitamin K intake and hip fractures in women: a prospective study. Am J Clin Nutr 69:74–79 PMID: 9925126
  8. Booth SL (2009) Roles for vitamin K beyond coagulation. Annu Rev Nutr 29:89–110 PMID: 19400704
  9. Truong JT, Booth SL (2011) Emerging Issues in Vitamin K Research. Journal of Evidence-Based Complementary & Alternative Medicine 16:73–79 DOI: 10.1177/1533210110392953
  10. Geleijnse JM, Vermeer C, Grobbee DE, Schurgers LJ, Knapen MHJ, van der Meer IM, Hofman A, Witteman JCM (2004) Dietary intake of menaquinone is associated with a reduced risk of coronary heart disease: the Rotterdam Study. J Nutr 134:3100–3105 PMID: 15514282
  11. Otsuka M, Kato N, Shao R-X, et al (2004) Vitamin K2 inhibits the growth and invasiveness of hepatocellular carcinoma cells via protein kinase A activation. Hepatology 40:243–251 DOI: 10.1002/hep.20260
  12. Yoshida T, Miyazawa K, Kasuga I, Yokoyama T, Minemura K, Ustumi K, Aoshima M, Ohyashiki K (2003) Apoptosis induction of vitamin K2 in lung carcinoma cell lines: the possibility of vitamin K2 therapy for lung cancer. Int J Oncol 23:627–632 PMID: 12888897
  13. Nimptsch K, Rohrmann S, Linseisen J (2008) Dietary intake of vitamin K and risk of prostate cancer in the Heidelberg cohort of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-Heidelberg). Am J Clin Nutr 87:985–992 PMID: 18400723
  14. Carrié I, Portoukalian J, Vicaretti R, Rochford J, Potvin S, Ferland G (2004) Menaquinone-4 concentration is correlated with sphingolipid concentrations in rat brain. J Nutr 134:167–172 PMID: 14704312
  15. Westenfeld R, Krueger T, Schlieper G, et al (2012) Effect of vitamin K2 supplementation on functional vitamin K deficiency in hemodialysis patients: a randomized trial. Am J Kidney Dis 59:186–195 PMID: 22169620
  16. Schurgers LJ, Teunissen KJF, Hamulyak K, Knapen MHJ, Vik H, Vermeer C (2007) Vitamin K-containing dietary supplements: comparison of synthetic vitamin K1 and natto-derived menaquinone-7. Blood 109:3279–3283 DOI: 10.1182/blood-2006-08-040709
  17. Schurgers LJ, Knapen MHJ, Vermeer C (2007) Vitamin K2 improves bone strength in postmenopausal women. International Congress Series 1297:179–187 DOI: 10.1016/j.ics.2006.08.006
  18. Schurgers LJ, Shearer MJ, Hamulyák K, Stöcklin E, Vermeer C (2004) Effect of vitamin K intake on the stability of oral anticoagulant treatment: dose-response relationships in healthy subjects. Blood 104:2682–2689 PMID: 15231565
  19. Schurgers LJ, BV VPV, Thomas CP (2008) Vitamin K2 as MenaQ7™.
  20. Dalmeijer GW, van der Schouw YT, Magdeleyns E, Ahmed N, Vermeer C, Beulens JWJ (2012) The effect of menaquinone-7 supplementation on circulating species of matrix Gla protein. Atherosclerosis 225:397–402 PMID: 23062766
  21. Booth SL, Suttie JW (1998) Dietary intake and adequacy of vitamin K. J Nutr 128:785–788 PMID: 9566982
  22. Rheaume-Bleue K (2011) Vitamin K2 and the calcium paradox: how a little-known vitamin could save your life. J. Wiley & Sons Canada, Etobicoke, Ont.
  23. Souci SW, Fachmann W, Kraut H, Kirchhoff E, Deutsche Forschungsanstalt für Lebensmittelchemie, Deutschland (eds) (2008) Die Zusammensetzung der Lebensmittel, Nährwert-Tabellen, 7.,  und erg. Aufl. Medpharm Scientific Publ. [u.a.], Stuttgart
  24. Schurgers LJ, Vermeer C (2000) Determination of phylloquinone and menaquinones in food. Effect of food matrix on circulating vitamin K concentrations. Haemostasis 30:298–307 PMID: 11356998
  25. Conly JM, Stein K, Worobetz L, Rutledge-Harding S (1994) The contribution of vitamin K2 (menaquinones) produced by the intestinal microflora to human nutritional requirements for vitamin K. Am J Gastroenterol 89:915–923 PMID: 8198105
  26. Conly JM, Stein K (1992) The production of menaquinones (vitamin K2) by intestinal bacteria and their role in maintaining coagulation homeostasis. Prog Food Nutr Sci 16:307–343 PMID: 1492156
  27. Conly JM, Stein KE (1993) The absorption and bioactivity of bacterially synthesized menaquinones. Clin Invest Med 16:45–57 PMID: 8467580
  28. Conly J, Stein K (1994) Reduction of vitamin K2 concentrations in human liver associated with the use of broad spectrum antimicrobials. Clin Invest Med 17:531–539 PMID: 7895417
  29. Paiva SA, Sepe TE, Booth SL, Camilo ME, O’Brien ME, Davidson KW, Sadowski JA, Russell RM (1998) Interaction between vitamin K nutriture and bacterial overgrowth in hypochlorhydria induced by omeprazole. Am J Clin Nutr 68:699–704 PMID: 9734750
  30. Plantalech L, Guillaumont M, Vergnaud P, Leclercq M, Delmas PD (1991) Impairment of gamma carboxylation of circulating osteocalcin (bone gla protein) in elderly women. J Bone Miner Res 6:1211–1216 PMID: 1666807
  31. van Summeren M, Braam L, Noirt F, Kuis W, Vermeer C (2007) Pronounced elevation of undercarboxylated osteocalcin in healthy children. Pediatr Res 61:366–370 PMID: 17314699
  32. Sato T, Schurgers LJ, Uenishi K (2012) Comparison of menaquinone-4 and menaquinone-7 bioavailability in healthy women. Nutr J 11:93 PMCID: PMC3502319
  33. Binkley NC, Krueger DC, Kawahara TN, Engelke JA, Chappell RJ, Suttie JW (2002) A high phylloquinone intake is required to achieve maximal osteocalcin gamma-carboxylation. Am J Clin Nutr 76:1055–1060 PMID: 12399278
  34. Bügel S (2008) Vitamin K and bone health in adult humans. Vitam Horm 78:393–416 PMID: 18374202
  35. Caluwe R, Vandecasteele S, Van Vlem B, Vermeer C, De Vriese AS (2014) Vitamin K2 supplementation in haemodialysis patients: a randomized dose-finding study. Nephrology Dialysis Transplantation 29:1385–1390 DOI: 10.1093/ndt/gft464
  36. Cranenburg ECM, Schurgers LJ, Vermeer C (2007) Vitamin K: the coagulation vitamin that became omnipotent. Thromb Haemost 98:120–125 PMID: 17598002
  37. Cundiff DK, Agutter PS (2016) Cardiovascular Disease Death Before Age 65 in 168 Countries Correlated Statistically with Biometrics, Socioeconomic Status, Tobacco, Gender, Exercise, Macronutrients, and Vitamin K. Cureus. doi: 10.7759/cureus.748 DOI: 10.7759/cureus.748
  38. El Asmar MS, Naoum JJ, Arbid EJ (2014) Vitamin K Dependent Proteins and the Role of Vitamin K2 in the Modulation of Vascular Calcification: A Review. Oman Med J 29:172–177 PMCID: PMC4052396
  39. Theuwissen E, Smit E, Vermeer C (2012) The role of vitamin K in soft-tissue calcification. Adv Nutr 3:166–173 PMCID: PMC3648717
  40. Cranenburg ECM, Vermeer C, Koos R, Boumans M-L, Hackeng TM, Bouwman FG, Kwaijtaal M, Brandenburg VM, Ketteler M, Schurgers LJ (2008) The circulating inactive form of matrix Gla Protein (ucMGP) as a biomarker for cardiovascular calcification. J Vasc Res 45:427–436 PMID: 18401181
  41. Gast GCM, de Roos NM, Sluijs I, Bots ML, Beulens JWJ, Geleijnse JM, Witteman JC, Grobbee DE, Peeters PHM, van der Schouw YT (2009) A high menaquinone intake reduces the incidence of coronary heart disease. Nutr Metab Cardiovasc Dis 19:504–510 PMID: 19179058
  42. Inaba N, Sato T, Yamashita T (2015) Low-Dose Daily Intake of Vitamin K(2) (Menaquinone-7) Improves Osteocalcin γ-Carboxylation: A Double-Blind, Randomized Controlled Trials. J Nutr Sci Vitaminol 61:471–480 PMID: 26875489
  43. Kidd PM (2010) Vitamins D and K as pleiotropic nutrients: clinical importance to the skeletal and cardiovascular systems and preliminary evidence for synergy. Altern Med Rev 15:199–222 PMID: 21155624
  44. Pan M-H, Maresz K, Lee P-S, Wu J-C, Ho C-T, Popko J, Mehta DS, Stohs SJ, Badmaev V (2016) Inhibition of TNF-α, IL-1α, and IL-1β by Pretreatment of Human Monocyte-Derived Macrophages with Menaquinone-7 and Cell Activation with TLR Agonists In Vitro. Journal of Medicinal Food 19:663–669 DOI: 10.1089/jmf.2016.0030
  45. Shearer MJ (2000) Role of vitamin K and Gla proteins in the pathophysiology of osteoporosis and vascular calcification. Curr Opin Clin Nutr Metab Care 3:433–438 PMID: 11085828
  46. Theuwissen E, Teunissen KJ, Spronk HMH, Hamulyák K, Ten Cate H, Shearer MJ, Vermeer C, Schurgers LJ (2013) Effect of low-dose supplements of menaquinone-7 (vitamin K2 ) on the stability of oral anticoagulant treatment: dose-response relationship in healthy volunteers. J Thromb Haemost 11:1085–1092 PMID: 23530987
  47. Vermeer C, Shearer MJ, Zittermann A, Bolton-Smith C, Szulc P, Hodges S, Walter P, Rambeck W, Stöcklin E, Weber P (2004) Beyond Deficiency: Potential benefits of increased intakes of vitamin K for bone and vascular health. European Journal of Nutrition 43:325–335 DOI: 10.1007/s00394-004-0480-4
  48. Vermeer C (2012) Vitamin K: the effect on health beyond coagulation – an overview. Food Nutr Res. doi: 10.3402/fnr.v56i0.5329 PMCID: PMC3321262