Causes d’une carence en vitamine D

 

Causes d’une carence en vitamine D

Le manque de soleil reste la principale cause de carence en vitamine D. L’alimentation joue un rôle mineur. Le type de peau, l’âge et les protections solaires sont également facteurs de carence.

Le manque de soleil constitue la cause la plus fréquente d’une carence en vitamine D

La carence en vitamine D représente l’une des carences en vitamines les plus largement répandues, elle peut résulter de plusieurs causes. En effet, contrairement à la plupart des autres vitamines, la vitamine D n’est pas assimilée par le biais de l’alimentation, puisque l’être humain dispose de deux sources de vitamine D lui permettant de couvrir son besoin :

  1. La vitamine D issue de l’alimentation
  2. La synthèse de vitamine D opérée par l’organisme grâce au soleil
Le soleil représente clairement la source principale de notre apport en vitamine D. Grâce à son aide, l’organisme produit lui-même de la vitamine D dans la peau.

Certains aliments contiennent certes de la vitamine D, mais en proportions infimes, en comparaison avec la quantité de vitamine D produite par le biais du soleil. (1) En Allemagne, la consommation de vitamine D issue de l’alimentation se situe en moyenne entre 80 et 160 UI (2), en comparaison, une exposition au soleil de midi permet une production de vitamine D équivalente à 10.000 UI, autrement dit le centuple. (3) En hiver uniquement, l’alimentation revêt une importance accrue, puisque dans la totalité des états situés au nord de l’Italie, la puissance du soleil ne suffit pas à produire une quantité suffisante de vitamine D (4), et l’organisme doit survivre uniquement grâce aux réserves de vitamine D accumulées en période estivale, ainsi que grâce à la vitamine D consommée par le biais de l’alimentation. L’alimentation ne contenant qu’une infime quantité de vitamine D, il est actuellement recommandé d’assimiler des compléments de vitamine D durant la saison hivernale. En conséquence, la production insuffisante de vitamine D dans la peau constitue la cause la plus fréquente d’une carence en vitamine D. L’alimentation peut toutefois accentuer cette carence, puisque la plupart du temps, une trop faible quantité de vitamine D est assimilée par ce biais.

Les causes d’une carence en vitamine D liée à l’alimentation

L’alimentation seule ne peut en aucun constituer la cause principale d’une carence en vitamine D, mais une alimentation pauvre en vitamine D peut sensiblement augmenter le risque d’apparition d’une carence. La vitamine D est principalement présente dans l’alimentation d’origine animale, mais seuls les poissons riches en acides gras contiennent de la vitamine D en concentration notable. Certains aliments d’origine végétale contiennent également de la vitamine D (les champignons en particulier), mais en quantités tellement faibles, qu’il est impossible de couvrir le besoin en vitamine D uniquement par ce biais.

Moins l’on passe de temps en vacances, réduisant ainsi le rayonnement direct du soleil sur la peau, plus l’assimilation de vitamine D par le biais de l’alimentation ou des compléments joue un rôle prépondérant. Ce constat est également particulièrement véridique en hiver, lorsque l’intensité du rayonnement solaire est trop faible pour permettre la production de vitamine D.

Dans ce contexte, l’exemple des Inuits (communément appelés les esquimaux) prouve qu’une alimentation riche en poissons peut permettre de prévenir l’apparition d’une carence, mais un tel régime alimentaire est véritablement inusuel dans les pays européens. C’est pourquoi en hiver, l’assimilation de compléments de vitamine D appropriés est généralement conseillée. Le risque d’apparition d’une carence en vitamine D durant la saison hivernale est accru en cas :

  • de régime alimentaire exempte de tout poisson
  • de régime alimentaire vegan ou végétarien
  • de troubles de l’assimilation (par exemple en cas d’inflammations ou de maladies du tube gastro-intestinal)
  • de maladies engendrant une faible assimilation des graisses (par exemple une insuffisance pancréatique exocrine)

Dans tous les cas, le recours aux compléments de vitamine D s’avère particulièrement judicieux.

Les causes d’une carence en vitamine D liée au manque de soleil

Tel que mentionné précédemment, le régime alimentaire ne prend tout son sens que durant la période hivernale, puisque la majeure partie du besoin en vitamine D est sensée être couverte grâce au soleil présent durant la saison estivale. Toutefois, c’est malheureusement loin d’être toujours le cas. Les causes d’une synthèse insuffisante de vitamine D par le biais du soleil peuvent résulter de plusieurs facteurs :

  • Manque effectif de soleil (beaucoup de temps passé dans des endroits clos, très peu de contact direct au soleil)
  • Type de peau (plus le teint est foncé, plus la quantité de soleil nécessaire est importante) (5, 6)
  • Âge (avec l’âge, la capacité de production de vitamine D dans la peau diminue jusqu’à 70%) (7)
  • Protection solaire (les protections solaires peuvent réduire la production de vitamine D jusqu’à 90%) (8, 9)
  • Port de vêtements longs en été (10)
  • Port d’un voile ou foulard (les femmes portant un voile présentent fréquemment une carence en vitamine D, même dans les pays du sud) (11 – 13)
  • maladies de peau (le psoriasis réduit par exemple la production de vitamine D)

Carence en vitamine D : les catégories de personnes à risque

Les groupes de personnes suivants présentent un risque accru de développement d’une carence en vitamine D liée au manque de soleil :

  • Les personnes passant beaucoup de temps dans des espaces clos (tels que les employés de bureau, les ouvriers d’usine, les étudiants etc.)
  • Les personnes à la couleur de peau foncée vivant en Europe du nord  ou en Europe centrale
  • Les personnes âgées
  • Les personnes alitées
  • Les personnes malades
  • Les femmes voilées
  • Les personnes utilisant excessivement les protections solaires
Les personnes appartenant à ce groupe à risque devraient sérieusement considérer de recourir à l’assimilation de compléments appropriés, afin de prévenir l’apparition d’une carence en vitamine D.

Les causes ultérieures d’une carence en vitamine D

Certaines maladies, et malheureusement certains médicaments également, perturbent l’exploitation de la vitamine D. Un trouble de la régulation de la vitamine D peut également provoquer l’apparition de symptômes liés à une carence en vitamine D, même lorsque l’organisme possède une quantité suffisante de vitamine D à sa disposition. Dans ces situations, la vitamine D ne peut être convertie en sa forme active et ne peut donc également pas déployer son efficacité. En présence de certaines pathologies, les valeurs sanguines peuvent également être réciproquement inversées : le taux de vitamine D est faible uniquement parce que l’organisme convertit une quantité trop importante de vitamine D active, ce qui n’est pas directement mesuré. C’est pourquoi, en cas de soupçons concernant l’existence de tels troubles de l’exploitation de la vitamine D, il est recommandé de consulter l’avis d’un spécialiste, afin d’élucider les circonstances exactes. De tels troubles de l’exploitation de la vitamine D font leur apparition lors :

  • Maladies des reins (14 – 16)
  • Maladies de la vésicule ou du foie (17, 18)
  • Problèmes génétiques précis (par exemple une mutation de la 1-a-hydroxylase) (19, 20)
  • Maladies de l’hormone parathyroïdienne (21, 22)
  • Maladie granulomateuse (23, 24)
  • Tumeurs (25 – 28)
  • L’assimilation de certains médicaments  (comme les antiépileptiques) (29, 30)
  • Carence en magnésium (31, 32)

Tableau : causes d’une carence en vitamine D

Voici une fois encore toutes les causes d’une carence en vitamine D mentionnées précédemment, récapitulées dans un tableau, facilitant la lecture.

Synthèse insuffisante de vitamine D dans la peau
Manque de soleilProduction de vitamine D insuffisante
Protection solaire, vêtementsDiminution de la production de vitamine D de 92 % en cas de FPS 8, et de 99% en cas de FPS 15
Pigment de la peauDiminution de la production de vitamine D due à la mélanine
ÂgeDiminution de la production de vitamine D en raison de la faible quantité de  7-déhydrocholestérol dans la peau
Saison, heure, situation géographiqueRayonnement UV insuffisant pour permettre la production de vitamine D
Maladies de peauProduction de vitamine D diminuée
Troubles de l’assimilation
Pathologies diverses de l’estomac et de l’intestin, trouble de combustion des graissesAssimilation de vitamine D insuffisante dans l’estomac
ObésitéLa vitamine D est stockée dans la masse corporelle graisseuse  – plus faible quantité de vitamine D active disponible
Troubles de l’exploitation
Médicaments (antiépileptiques, glucocorticoïde)Troubles de la régulation de la vitamine D, destruction de l’hormone active de la vitamine D
Lésion hépatiqueTransformation insuffisante en 25-OH-D (forme de circulation de la vitamine D)
Affections rénalesTransformation insuffisante en 1,25-dihydroxyvitamine D (calcitriol, forme active)
Syndrome néphrotiqueÉlimination de la vitamine D active par le biais des urines
Maladies héréditaires
Mutation du gêne de la 25-hydroxyvitamine D-1a- hydroxylaseTransformation en 1,25-dihydroxyvitamine D entravée (calcitriol, forme active)
Mutation du gêne récepteur de la vitamine DRésistance à la vitamine D active
Surproduction de certaines protéinesMet un terme à l’efficacité du calcitriol dans le processus de transcription
Mutation du facteur 23 de croissance fibroblastiqueTroubles du métabolisme du phosphate et perturbation de la conversion en calcitriol
Troubles de la régulation liés à une pathologie
TumeursÉlimination du facteur 23 de croissance fibroblastique
Hyperparathyroïdie (fonctionnement excessif de l’hormone parathyroïdienne)Croissance de la parathormone, transformation excessive en hormone active de la vitamine D
Maladies granulomateusesMacrophages, transformation excessive en hormone active de la vitamine D
HyperthyroïdieDiminution accrue de la 25-OH-D
Troubles de la régulation liés à une carence en nutriments
Carence en magnésiumPerturbations de la conversion de toutes les formes de vitamine D

Résumé : les causes d’une carence en vitamine D

Le manque de soleil constitue la cause la plus fréquente d’une carence en vitamine D. Cette cause est principalement liée aux conditions de travail. En effet, de nos jours, la plupart des gens travaillent en majeure partie dans des espaces clos. Le manque de soleil qui en résulte peut difficilement être comblé durant la soirée ou les week-ends. La tendance à une utilisation excessive de protections solaires, ainsi que le port de vêtements longs, également en été, accentue le risque d’apparition d’une carence. Les personnes âgées, particulièrement celles qui résident dans un foyer, sont fréquemment concernées par une carence en vitamine D.

Les compléments en cas de carence en vitamine D

Il est particulièrement recommandé aux personnes entrant dans la catégorie des personnes à risque, d’effectuer un contrôle régulier de leur taux de vitamine D, mais également d’avoir recours à l’assimilation de compléments de vitamine D. En période hivernale, il est conseillé d’assimiler une dose de vitamine D comprise entre 2000 et 4000 UI. L’idéal sont les compléments combinant la vitamine D et la vitamine K, afin d’éviter une calcification des organes. La vitamine D en gouttes constitue le complément contenant le moins d’additifs et offrant la plus grande flexibilité dans le dosage. Administrées de manière oculaire, elles représentent indéniablement la meilleure forme pharmaceutique des compléments de vitamine D.

Sources

  1. Davie MW, Lawson DE, Emberson C, Barnes JL, Roberts GE, Barnes ND. Vitamin D from skin: contribution to vitamin D status compared with oral vitamin D in normal and anticonvulsant-treated subjects. Clin Sci (Lond). 1982 Nov;63(5):461-72. PubMed PMID: 6288317.
  2. Nationale Verzehrsstudie II 2008 (NVS II), Max-Rubner-Institut
  3. Matsuoka, L. Y., Wortsman, J., Haddad, J. G. & Hollis, B. W. (1989) In vivo threshold for cutaneous synthesis of vitamin D3. J. Lab. Clin. Med. 114:301-305.
  4. Webb, Ann R.; Kline, L.; Holick, Michael F. Influence of Season and Latitude on the Cutaneous Synthesis of Vitamin D3: Exposure to Winter Sunlight in Boston and Edmonton Will Not Promote Vitamin D3 Synthesis in Human Skin*. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 1988, 67. Jg., Nr. 2, S. 373-378.
  5. Clemens, T. L., et al. Iincreased skin pigment reduces the capacity of skin to synthesize Vitamin D. The Lancet, 1982, 319. Jg., Nr. 8263, S. 74-76.
  6. Norman, Anthony W. Sunlight, season, skin pigmentation, vitamin D, and 25-hydroxyvitamin D: integral components of the vitamin D endocrine system. The American journal of clinical nutrition, 1998, 67. Jg., Nr. 6, S. 1108-1110.
  7. Maclaughlin, Julia; Holick, Michael F. Aging decreases the capacity of human skin to produce vitamin D3. Journal of Clinical Investigation, 1985, 76. Jg., Nr. 4, S. 1536.
  8. Matsuoka, Lois Y., et al. Sunscreens Suppress Cutaneous Vitamin D3 Synthesis*. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 1987, 64. Jg., Nr. 6, S. 1165-1168.
  9. Matsuoka LY, Wortsman J, Hanifan N, Holick MF. Chronic Sunscreen Use Decreases Circulating Concentrations of 25-Hydroxyvitamin D: A Preliminary Study. Arch Dermatol. 1988;124(12):1802-1804.
  10. Matsuoka LY, Wortsman J, Dannenberg MJ, Hollis BW, Lu Z, Holick MF. Clothing prevents ultraviolet-B radiation-dependent photosynthe- sis of vitamin D3. J Clin Endocrinol Metab 1992;75:1099-103.
  11. Grover, Sonia R., Morley. R. GROVER, Sonia R.; MORLEY, Ruth. Vitamin D deficiency in veiled or dark-skinned pregnant women. The Medical Journal of Australia, 2001, 175. Jg., Nr. 5, S. 251-252.
  12. EEl-Sonbaty, M. R., & Abdul-Ghaffar, N. U. Vitamin D deficiency in veiled Kuwaiti women. European journal of clinical nutrition, 1996, 50. Jg., Nr. 5, S. 315-318.
  13. Siddiqui, A. M., & Kamfar, H. Z. Prevalence of vitamin D deficiency rickets in adolescent school girls in Western region, Saudi Arabia. Saudi medical journal, 2007, 28. Jg., Nr. 3, S. 441-444.
  14. Ravani, Pietro, et al. Vitamin D levels and patient outcome in chronic kidney disease. Kidney international, 2009, 75. Jg., Nr. 1, S. 88-95.
  15. Gonzalez, Esther A., et al. Vitamin D insufficiency and deficiency in chronic kidney disease. A single center observational study. American journal of nephrology, 2003, 24. Jg., Nr. 5, S. 503-510.
  16. Levin, A., et al. Prevalence of abnormal serum vitamin D, PTH, calcium, and phosphorus in patients with chronic kidney disease: results of the study to evaluate early kidney disease. Kidney international, 2007, 71. Jg., Nr. 1, S. 31-38.
  17. Arteh, J., Narra, S., & Nair, S . Prevalence of vitamin D deficiency in chronic liver disease. Digestive diseases and sciences, 2010, 55. Jg., Nr. 9, S. 2624-2628.
  18. Long, R. G., et al. Serum-25-hydroxy-vitamin-D in untreated parenchymal and cholestatic liver disease. The Lancet, 1976, 308. Jg., Nr. 7987, S. 650-652.
  19. Jones, G., & Prosser, D. E. The activating enzymes of vitamin D metabolism (25-and 1a-hydroxylases). Vitamin D, 2011, 1. Jg., S. 23-42.
  20. Valdivielso, J. M., & Fernandez, E . Vitamin D receptor polymorphisms and diseases. Clinica Chimica Acta, 2006, 371. Jg., Nr. 1, S. 1-12.
  21. Silverberg, S. J. (2007), Vitamin D Deficiency and Primary Hyperparathyroidism. J Bone Miner Res, 22: V100–V104. doi: 10.1359/jbmr.07s202
  22. Grey A , Lucas J , Horne A , Gamble G , Davidson JS , Reid IR 2005 Vitamin D repletion in patients with primary hyperparathyroidism and coexistent vitamin D insufficiency. J Clin Endocrinol Metab 90:2122–2126
  23. Adams JS , Hewison M 2006 Hypercalcemia caused by granuloma-forming disorders. In: , Favus MJ, ed. Primer on the metabolic bone diseases and disorders of mineral metabolism. 6th ed. Washington, DC: American Society for Bone and Mineral Research; 200–202
  24. Sharma, Om P. Hypercalcemia in granulomatous disorders: a clinical review. Current opinion in pulmonary medicine, 2000, 6. Jg., Nr. 5, S. 442-447.
  25. Hewison, M., Kantorovich, V., Liker, H. R., Van Herle, A. J., Cohan, P., Zehnder, D. and Adams, J. S. (2003), Vitamin D-Mediated Hypercalcemia in Lymphoma: Evidence for Hormone Production by Tumor-Adjacent Macrophages. J Bone Miner Res, 18: 579–582. doi: 10.1359/jbmr.2003.18.3.579
  26. Sweet R.A., et al. Vitamin D metabolite levels in oncogenic osteomalacia. Annals of internal medicine, 1980, 93. Jg., Nr. 2, S. 279-280.
  27. Noel Weidner. Review and Update: Oncogenic Osteomalacia-Rickets Ultrastructural Pathology 1991 15:4-5 , 317-333
  28. Niv, Y., Sperber, A. D., Figer, A., Igael, D., Shany, S., Fraser, G. and Schwartz, B. (1999), In colorectal carcinoma patients, serum vitamin D levels vary according to stage of the carcinoma. Cancer, 86: 391–397. doi: 10.1002/(SICI)1097-0142(19990801)86:33.0.CO;2-A
  29. Collins, N., et al. A prospective study to evaluate the dose of vitamin D required to correct low 25-hydroxyvitamin D levels, calcium, and alkaline phosphatase in patients at risk of developing antiepileptic drug-induced osteomalacia. QJM, 1991, 78. Jg., Nr. 2, S. 113-122.
  30. Bouillion, Roger, et al. The effect of anticonvulsant therapy on serum levels of 25-hydroxy-vitamin D, calcium, and parathyroid hormone. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 1975, 41. Jg., Nr. 6, S. 1130-1135.
  31. Zittermann, Armin. Magnesium deficit? overlooked cause of low vitamin D status?. BMC medicine, 2013, 11. Jg., Nr. 1, S. 229.
  32. Reddy V, Sivakumar B. Magnesium-dependent vitamin-D-resistant rickets. Lancet. 1974 May 18;1(7864):963-5. PubMed PMID: 4133647.